Derniers avis des lecteurs

 

Histoire de ta bêtise (François Bégaudeau)

note: 5 Miquel - 16 août 2019

Très bon pamphlet de François Bégaudeau sur la bourgeoisie. Le style est réjouissant et le raisonnement à toute épreuve. En plus on rigole bien.

Rosewater n° 1 (Tade Thompson)

note: 2 Miquel - 16 août 2019

Rosewater est un roman de science-fiction tendance weird : des personnages mutants, une technologie alien organique et mystérieuse, dans le genre on recommandera chaudement Annihilation de Jeffe VanderMeer ou Amatka de Karin Tidbeck. J’avais déjà lu un très chouette et court roman de l’auteur : Les meurtres de Molly Southbourne. J’ai donc entamé ma lecture en étant assez emballé par la promesse : un dôme extraterrestre qui pousse au milieu du Nigéria et qui a de mystérieux pouvoirs de guérison, un agent-secret-contre-son-gré avec des pouvoir psychiques, le tout dans un Nigéria ¾ d’heure dans le futur. Malheureusement l’auteur s’embourbe dans les péripéties, le récit tire inutilement en longueur et on finit par s’ennuyer. A réserver donc aux fans de SF et ne pas hésiter à sauter quelques chapitres...

Né d'aucune femme (Franck Bouysse)

note: 3 Miquel - 16 août 2019

Face à une telle unanimité je vais faire tâche. Ok pour la poésie de l’écriture de Franck Bouysse, le roman jouit non seulement d’un style parfaitement maitrisé mais en plus d’une construction très intelligente. L’imagination du lecteur (la mienne en tous cas) turbine à cent à l’heure en explorant les conclusions possibles au fur et à mesure du récit.

Alors oui, plus noir que ça tu meurs… Mais bon à ce niveau ça aurait plutôt tendance à me faire lâcher le bouquin. Viol, torture, meurtre dégueulasse, j’ai fini par me détacher du personnage de Rose dont il m’était impossible de partager le calvaire pour me concentrer le style ou la construction du récit dont j’ai parlé plus haut. Bref, je suis passé à une lecture plus intellectuelle, moins émotionnelle. Pas pour tout le monde, en tout cas pas pour moi.

Le Messager (Leslie Poles Hartley)

note: 5 Nadine - 14 août 2019

Je partage l'avis de Danielle. Ce roman, un peu suranné et très british est une petite merveille.On plonge dans cet univers avec délicatesse, sur la pointe des pieds, en suivant timidement ce vieux monsieur qui plonge dans son passé, l'été 1900, à la veille de ses 13 ans. Cet été aura marqué sa vie de façon indélébile et l'aura sorti brutalement de l'innocence de l'enfance. L'auteur décrit avec maestria la confusion des sentiments d'un jeune adolescent qui sent les choses sans les comprendre vraiment, qui se doute que l'on abuse peut-être de lui mais qui est tellement sensible à la flatterie et aux attentions de cette famille d'aristocrates qui suscite l'admiration de sa mère ! L'écriture est irréprochable... alors ne vous privez pas de cette lecture.

Canyons (Samuel Western)

note: 4Canyons Gillette - 12 août 2019

Récit et réflexion sur le pardon et la rédemption. Les personnages se débattent avec leur passé dans les paysages grandioses de l'Ouest américain. Je l'ai lu d'un trait avec plaisir.

Le Fossé (Herman Koch)

note: 4Le Fossé Gillette - 12 août 2019

Très bonne lecture. Je ne connaissais pas cet auteur ni d'ailleurs aucun auteur néerlandais. C'est plein d'humour et j'ai retrouvé avec bonheur Amsterdam où j'ai séjourné récemment !

La Librairie des cœurs brisés (Robert Hillman)

note: 5la librairie des coeurs brisés Marie-Claude - 26 juillet 2019

Roman très attachant et très émouvant. Avec ses aller retour dans la passé des personnages c'est également dans la grande histoire que nous plonge l'auteur. Très bon roman

La tresse (Laetitia Colombani)

note: 4La tresse Babeth - 24 juillet 2019

Un très bon moment de lecture sur le destin croisé de ces trois femmes qui n'ont rien en commun et qui habitent chacune dans un pays différent. Émotion et attachement à chacune des ces trois femmes dès les premières pages. J'aime .

Silencieuse (Michèle Gazier)

note: 5Silencieuse Babeth - 24 juillet 2019

Une écriture vraiment remarquable, une intrigue captivante jusqu'à la fin, autour de trois hommes : Hans Glawe ( peintre et sculpteur allemand), Louis dit le Blondin ( aux allures de vieil hippie), Claude Ribaute(sociologue à la retraite) viennent tous les trois vivre où revivre à Saint-Julien-des-Sources. Pourquoi ? Le quatrième personnage, une petite fille, Valentina, qui ne parle pas arrive au milieu de cette triangulaire. J'ai adoré.

Petites scènes capitales (Sylvie Germain)

note: 5Petites scènes capitales Babeth - 24 juillet 2019

De la grâce, une belle écriture fuide, et le personnage, combien attachant de Lili, que l'on suit dans sa quête éperdue pour tenter de comprendre le mystère de la disparation de sa mère. Que du bonheur à lire.

Cavalier seul (Fred Gevart)

note: 4 Nadine - 23 juillet 2019

Roman à la limite du documentaire sur les préparations et épreuves d'ultra-trail, que je ne soupçonnais pas aussi exigeantes. Les paysages du Vercors sont décrit de façon originale, puisqu'à travers des athlètes qui courent dans cette nature parfois hostile. Mais il y a aussi une très belle histoire d'amour et de haine, un secret ... tout pour passer un agréable moment de lecture.

Elle le gibier (Élisa Vix)

note: 5Elle le gibier Josie - 20 juillet 2019

J'ai adoré cet excellent roman sur le monde du travail. E. Vix décrit magistralement les conditions de travail impitoyables de certaines entreprises. Je vais m'empresser de lire d'autres oeuvres de cette auteure véritablement remarquable.

Le Fossé (Herman Koch)

note: 4 Nadine - 20 juillet 2019

Dans ce quatrième roman, Herman Koch dresse une satire grinçante et plutôt drôle de la société néerlandaise, dans la veine de ses romans précédents. Ici, nous suivons le maire d'Amsterdam, équilibré, moderne et "humain". Tout va pour le mieux entre lui et son épouse, leur fille et ses parents, ainsi qu'avec son meilleur ami. Jusqu'au jour où il surprend son épouse riant aux éclats aux côtés de son adjoint. Alors s'enclenche tout un processus de soupçons d'adultère qui va le ronger. Comme si ça n'était pas suffisant, ses parents lui annoncent qu'ils ont décidé de mettre fin "dignement" à leurs jours. A travers ce personnage attachant, nous abordons des thématiques sociétales intéressantes et courageuses, car l'auteur n'hésite pas à égratigner certains dérapages écologiques et politiques.
Cet auteur ne m'a pas déçue Dans ce quatrième roman, Herman Koch dresse une satire grinçante et plutôt drôle de la société néerlandaise, dans la veine de ses romans précédents. Ici, nous suivons le maire d'Amsterdam, équilibré, moderne et "humain". Tout va pour le mieux entre lui et son épouse, leur fille et ses parents, ainsi qu'avec son meilleur ami. Jusqu'au jour où il surprend son épouse riant aux éclats aux côtés de son adjoint. Alors s'enclenche tout un processus de soupçons d'adultère qui va le ronger. Comme si ça n'était pas suffisant, ses parents lui annoncent qu'ils ont décidé de mettre fin "dignement" à leurs jours. A travers ce personnage attachant, nous abordons des thématiques sociétales intéressantes et courageuses, car l'auteur n'hésite pas à égratigner certains dérapages écologiques et politiques.
Cet auteur ne m'a pas déçue depuis Le Dîner. Ce roman se lit avec plaisir et intérêt. Petit bémol cependant pour la fin que j'aurais préférée plus explicite.

Le chant de l'assassin (R.J. Ellory)

note: 4Le chant de l'assassin Jeannine - 16 juillet 2019

Des personnages attachants, de l'émotion, la tension qui monte lentement... Encore un très bon roman de J R Ellory.

Avant le bouleversement du monde (Claire Messud)

note: 2Avant le grand bouleversement Jeannine - 16 juillet 2019

Deux sœurs éloignées par leur choix de vie, la cinquantaine venue, font le bilan de leur existence et de leurs relation. L'une à Bali, l'autre sur l'île de Skye.
L'écriture très maîtrisée, le souci du détail, l'humour m'ont permis d'aller au bout de ce roman qui par ailleurs m'a laissée sur ma faim!
Tout ça pour ça?!?

Le vent reprend ses tours (Sylvie Germain)

note: 5Le vent reprend ses tours Jeannine - 16 juillet 2019

Nathan découvre un avis de recherche concernant un vieil homme disparu d'une unité de soins:
Gavril Krantz, que Nathan croyait mort depuis longtemps et qui donna, pendant une dizaine d'années un sens à sa vie d'enfant solitaire et peu aimé.
Nathan décide de partir à la recherche de cet homme qui lui avait apporté fantaisie, poésie, réflexion et art de vivre.
Passé présent s'entremêlent, sont évoqués les crimes d'état, les persécutions , la souffrance mais aussi l'espérance, la solidarité, l'amitié et peut-être le pardon.
Sylvie Germain nous entraîne avec un texte magnifique, poétique et presque fantastique.
Une très belle page sur le métissage.
Ce roman est lumineux.

Comme une gazelle apprivoisée (Barbara Pym)

note: 4Comme une gazelle apprivoisée Marie-Pierre - 15 juillet 2019

Les années 50, quelque part dans la campagne anglaise… Un petit village, son presbytère et surtout... son clergé ! Deux sœurs, Belinda et Harriet, vivent au rythme de leur paroisse, de leur potager et de leurs tracas domestiques. Harriet voue un culte sans borne aux jeunes vicaires qui se succèdent dans son salon et les abreuve de thé et de chaussettes tricotées main. Belinda quant à elle aime en secret l’archidiacre qui, dans sa jeunesse lui en a préféré une autre.
Les messes, les fêtes de villages, les réunions de bienfaisances se succèdent jusqu’à la fin du roman que l’on lit d’une traite avant de le refermer et de réaliser... qu’il ne s’est absolument rien passé !!!
Quel talent !
C’est léger, bourré d’humour, totalement désuet et vintage.
J’ai adoré !

Les morts de bear creek (Keith McCafferty)

note: 5LES MORTS DE BEAR CREEK Danny - 11 juillet 2019

Dans le Montana, descendant des Rocheuses, coulent des rivières poissonneuses. On pêche « au lancer» avec des «mouches», et c’est tout un art de confectionner soi même ses mouches. Ce sont des œuvres d’art, parfois, très belles et très efficaces. Et très cher.
Or, des mouches très précieuses, disparaissent dans le « Club des menteurs et monteurs de mouches de la Madison ».
Sean Stranahan, artiste peintre talentueux, pêcheur invétéré et guide tout à la fois, en plus d’être un ancien enquêteur, plutôt bon, dans un cabinet d’avocats, est installé depuis peu au bord de la Madison. Il est sollicité par le Club pour enquêter sur cet étrange vol. Il découvre un univers assez particulier.
En même temps, en altitude, des ours viennent de déterrer des cadavres. L’aide de Sean est également demandée par la sheriff locale, qui le connait. Très vite, beaucoup de questions se posent et les deux enquêtes semblent se recouper….
Moi qui ne suis ni amateur de montagnes, de pêche, d’armes à feu, de très grosses armes à feu, et encore moins de grizzli, j’ai trouvé ce roman très intéressant.
Pour l’univers décrit, particulier. Je vous laisse le découvrir.
Pour les personnages rapidement esquissés, à peine, et pourtant étonnamment évocateurs et crédibles.
Pour la complexité des intrigues. Et la lumière qui se fait progressivement. C’est très bien fait.
Pour les protagonistes, des gens qui font leur boulot. Prudents, méthodiques, efficaces, intéressants. On voudrait en savoir bien plus sur eux. Ca viendra…
Et il y a aussi, la nature évoquée, les montagnes, la Madison surtout, la belle de poissons qui unit tout ce monde. Elle est le centre du livre, le point commun et d’ancrage de tous. On l’entend chanter comme un être vivant.
360 pages de très bonne lecture, que vous aurez du mal à quitter car vous serez bien « ferrés » par l’intrigue et ces personnages intéressants. J’ai passé avec lui de bien belles soirées.
Petits conseils pour mieux apprécier encore ce livre : lisez les notes de l'auteur et les remerciements à la fin du livre

Glaise (Franck Bouysse)

note: 4Glaise Gillette - 10 juillet 2019

Très bon roman noir mais j'ai nettement préféré Grossir le ciel ....

Tous, sauf moi (Francesca Melandri)

note: 5Tous sauf moi Gillette - 10 juillet 2019

Rien à ajouter. Excellent roman A LIRE ABSOLUMENT !

Chaleur du sang (Irène Némirovsky)

note: 4Chaleur de sang Babeth - 8 juillet 2019

Après avoir decouvert récemment Irène Némirovsky, je me plonge avec délice dans la lecture de tous ces romans.
Àpres "l'Ennemie "( magistral) et "Le Bal", "Chaleur de sang" dernière lecture, je suis toujours aussi enthousiaste pour l'écrivaine. Ecrit en 1937, ce drame familial raconte comme le dit si bien la quatrième de couverture, la tempête des pulsions dans le vase clos d'une société trop lisse. Vite un autre roman d'elle à lire !

La Librairie des cœurs brisés (Robert Hillman)

note: 4La librairie des coeurs brisés Babeth - 8 juillet 2019

C'est l'histoire d'une rencontre complètement improbable entre Hannah, jeune femme juive rescapée d'Auschwitz, où ont péri son mari et son fils, avec Tom, fermier bourru, heureux dans son travail et malheureux en amour. Cela se passe en Australie dans les années 60, sur fond de paysages grandioses avec références historiques.

Ces deux êtres blessés par la vie vont ils pouvoir surmonter ensemble leurs traumatismes ?
Ce roman m'a accroché dès les premières pages. Hannah la délirante et tourmentée et Tom, sont deux personages attachants.

Les victorieuses (Laetitia Colombani)

note: 3LES VICTORIEUSES Danielle - 5 juillet 2019


Blanche Peyron a voué sa vie à l'Armée du Salut qui lui doit « le palais de la femme » un important foyer pour femmes au cœur de Paris. Cent ans après, Solène, brillante avocate, retrouve goût à la vie après un burn-out en acceptant d'être écrivain public au seing de ce foyer.
Deux femmes anonymes généreuses pour une même cause.
Lecture intéressante.

Les méandres du Nil (Robert Solé)

note: 5LES MEANDRES DU NIL Danielle - 5 juillet 2019


14/4/1831 – 25/10/1836 . Quatre ans et demi. C'est le temps qu'il aura fallu à l'expédition française pour amener d’Égypte l'obélisque de Louqsor que Mehémet-Ali avait offert à Charles X jusque sur la place de la Concorde à Paris.
La reconstitution historique de cette aventure est passionnante. Il s'agissait de transporter ce monstre de pierre d'Egypte jusqu'en France, tout était à inventer et à prévoir, le matériel comme les moyens de transport.
Ce roman est à double lecture car l'avancé de toutes ces prouesses techniques qui nous fait côtoyer le peuple égyptien se fait aussi au rythme d'une histoire d’amour entre un jeune ingénieur
chargé de suivre les travaux et une modiste parisienne qui adhère au nouveau mouvement des Saints Simoniens, prophète d'un monde nouveau qui envisage de percer l'isthme de Suez.

Le Messager (Leslie Poles Hartley)

note: 5LE MESSAGER Danielle - 5 juillet 2019

Un garçon de 13 ans orphelin de père et de milieu modeste est invité à passer ses vacances chez son ami de pension dans le manoir familial.
En admiration devant la grande sœur de cet ami, il accepte d'être pour elle le « messager ».
Il ne connaît pas les règles de ce monde aristocratique, il y est à la fois apprécié, aimé, utilisé, moqué ...
C'est pour lui l'été de toutes les découvertes jusqu'à la dernière qui sera si brutale qu'il en perdra connaissance et devra se remettre d'une dépression avant de reprendre l'école.
Cinquante après, à la lecture de son journal de vacances de cet été là il retrouve ces souvenirs enfouis. A son insu ils ont influencé sa vie d'homme.
Magnifique roman sur l'adolescence, la naissance du sentiment amoureux, la perte des illusions.

Tous, sauf moi (Francesca Melandri)

note: 5TOUS SAUF MOI Danielle - 5 juillet 2019


En nous contant la vie d'Attilio Profeti, cet homme de 95 ans, ce sont les conséquences de l'ambition coloniale sans limites de Mussolini que Francesca Mélandri porte à notre connaissance dans ce magnifique roman. Roman historique très documenté.

Colonies (Laurent Genefort)

note: 3Colonies Miquel - 2 juillet 2019

Colonies et un recueil de nouvelles de science-fiction et plus précisément de space-opéra. On est donc bien loin d’une anticipation ¾ d’heure dans le futur, là il est question de colonisation planétaire, d’astéroïdes miniers, de vaisseaux spatiaux, de symbiose Humain-Alien,…
Laurent Genefort compose donc un recueil autour du thème de la colonisation de l’espace par l’humanité avec une grosse moitié de nouvelles précédemment publiées en revue ou en anthologie et quelques inédits.
Voilà un auteur avec qui j’ai une relation difficile, on trouve dans son œuvre quelques pépites (Lum’en chez le même éditeur par exemple) bien dissimulées dans une montagne de SF ordinaire, qui n’agite pas vraiment l’imagination. Et ce recueil ne fait pas exception, on trouve quelques très bonnes nouvelles (les inédits en fait) au milieu d’une masse que l’on peut lire en diagonale. En fait je pense que Laurent Genefort se bonifie avec l’âge, il faut juste ne pas trop s’attarder sur ses anciens textes, alors pourquoi donc s’acharner à les rééditer ?

Je ne ferai une bonne épouse pour personne (Nadia Busato)

note: 1 Nadine - 1 juillet 2019

Je n'ai pas accroché avec cette lecture qui pourtant démarre sur un chapitre absolument génial : celui qui donne la parole à la mère d'Evelyn, la jeune femme qui se jettera le 1er mai 1947 du 82ème étage de l'Empire State Building. Tous les ingrédients sont pourtant là pour une belle histoire : le faits divers, le photographe auteur du cliché si intrigant de la couverture et le profil de la victime. Mais hélas, j'ai trouvé beaucoup de remplissage et un manque d'imagination qui a plombé l'histoire. Le roman chorale est ici inapproprié. Décevant ... malgré des pistes de réflexion intéressantes, qui hélas n'aurons pas suffi.

Les vents barbares (Philippe Chlous)

note: 3les vents barbares Marie-Claude - 1 juillet 2019

1920, la guerre civile règne en Russie. Un bataillon de cosaques de l'armée blanche commandé par le "baron fou" sème la terreur en Sibérie. Lors d'un massacre d'une famille juive dans une ferme, le baron enlève le petit garçon pour en faire un enfant soldat. Une épopée sanglante et barbare à travers la Sibérie aux paysages glacials. Le lecteur sort épuisé de tant de violences d'autant plus que la plus part des faits sont authentiques.

L'amour est aveugle (William Boyd)

note: 3L'amour est aveugle Gillette - 26 juin 2019

1894. Brodie, accordeur de piano surdoué, accepte un poste à Paris fuyant sa province écossaise et la hargne de son père, pasteur. Il rencontre l'amour de sa vie, maîtresse d'un virtuose du piano..... Bon roman, facile, pour l'été.

Le grand silence (Jennifer Haigh)

note: 3 Nadine - 25 juin 2019

Un roman intéressant et habile dans le traitement d'un sujet délicat. L'auteure aurait pu facilement tomber dans le piège des fictions qui surfent avec les sujets brûlants de l'actualité, mais ici, ce n'est pas le cas. C'est à travers le prisme de la famille d'un prêtre soupçonné d'abus sexuels sur un jeune enfant que l'on suit les enquêtes croisées de la sœur et du frère d'Art, curé d'une grande paroisse. Troublant et émouvant.

Une famille comme il faut (Rosa Ventrella)

note: 3Une famille comme il faut Gillette - 24 juin 2019

Intéressant mais bien inférieur à l'Amie prodigieuse !

Dites-lui que je l'aime (Clémentine Autain)

note: 3 Nadine - 21 juin 2019

Petite autobiographie très accessible, écrite avec douceur et tendresse. Très émouvante. Clémentine Autin nous parle de sa mère avec loyauté et nous prouve qu'un enfant qui a manqué cruellement d'attention dans son enfance n'a pas forcément manqué d'amour.

Les dieux de Howl Mountain (Taylor Brown)

note: 4Les Dieux de Howl Mountain Monik - 21 juin 2019

Rory, jeune vétéran de la guerre de Corée où il a perdu une jambe vit dans les montagnes de Caroline du Nord auprès de sa (jeune) grand-mère à la forte personnalité. Rory vit du trafic d’alcool et tente de découvrir le mystère de ses origines que ne peut lui raconter sa mère, muette et internée en hôpital psychiatrique. Bon roman noir, qui mêle corruption, mensonges, armes, courses automobiles (un peu trop pour mon goût) et dépeint une Amérique profonde brutale et sauvage. Le personnage de la grand-mère vaut la lecture à lui tout seul et m’a enchantée !

Maïmaï (Aki Shimazaki)

note: 5Maïmaï Monik - 21 juin 2019

Maïmaï, escargot en japonais, est le héros d’un délicat petit poème que récitait à Tarô, sa maman maintenant disparue. Petit récit tout en symbole qui permet de mieux approcher l’âme et les traditions japonaises.

Sérotonine (Michel Houellebecq)

note: Sérotonine Monik - 21 juin 2019

Roman d’un quadra blanc déprimé et désabusé. Insupportable récit d’un misogyne médiocre et inintéressant au possible que l’on a juste envie de secouer. Si la sérotonine permet de voir la vie en rose alors l’auteur devrait quadrupler les doses ! Provocation et vulgarité, toujours les mêmes recettes…Une caricature ! On est contraint de se demander ce qui justifie une telle célébrité ? Un certain snobisme peut-être ?

D'os et de lumière (Mike McCormack)

note: 3D'os et de lumière Monik - 21 juin 2019

Marcus Conway habite avec sa femme Mairead depuis 25 ans dans le comté de Mayo en Irlande. Il est midi, l’angélus sonne, il est seul attablé devant son journal dans sa cuisine, c’est le 2 novembre. La lecture l’entraîne dans des réminiscences de son passé jusqu’à la maladie de sa femme victime d’un virus présent dans l’eau comme la presque totalité des habitants de la bourgade. Le long des 350 pages, un seul et unique chapitre, sans points, on suit le fil de la pensée de Marcus et ses associations d’idées, sans pause ni respiration. Une véritable expérience de lecture….déconcertante.

La vie en rose (Marin Ledun)

note: 1La vie en rose Marie-Pierre - 19 juin 2019

Rose a une vingtaine d'années. Elle vit à Tournon en compagnie de sa nombreuse famille aux membres tous plus hauts en couleurs les uns que les autres. Pendant quelques semaines elle se trouve promue chef de famille pendant que ses parents partent faire le tour de la Polynésie. C'est pendant cette brève période qu'elle va se découvrir enceinte et qu'une vague de meurtres va sévir parmi les élèves du lycée de la ville. Parce qu'intimement liée à l'inspecteur de police chargé de l'enquête, Rose va se trouver au premier plan et mener sa propre enquête, entre deux nausées matinales.
L'auteur adopte un style d'écriture très enlevé, où l'humour et le second degré finissent par prendre le premier plan au détriment de l'intrigue proprement dite. Il en résulte une lecture finalement épuisante, dans laquelle on se perd dans les jeux de mots et les comparaisons humoristiques. Ce n'est qu'à la fin que je me suis souvenue qu'on cherchait un meurtrier !
Un roman clairement pas fait pour moi.

Au nom du bien (Jake Hinkson)

note: 3 Nadine - 15 juin 2019

Richard Weatherford est un pasteur respecté , dans une petite ville de l'Arkansas. Marié à Penny, père de cinq enfants, il prépare Pâques pour sa paroisse fleurissante. Il défend avec conviction ses valeurs et prône les bonnes conduites. Mais ce matin, à 5 heures, quand il reçoit un appel de Gary, il sait que sa vie va prendre un tournant décisif. Car Richard a "fauté" avec Gary, qui va le faire chanter. Tout peut s'écrouler s'il ne trouve pas les 30 000 dollars : sa réputation, sa femme et ses enfants. En une journée, nous allons suivre les cheminements, stratégies, mensonges et manœuvres que le pasteur va devoir déployer pour sauver sa respectabilité. "Les voies du Seigneur sont impénétrables !" On s'en rend compte en découvrant la fin surprenante de cette histoire.
Facile et intéressant.

Entends la nuit (Catherine Dufour)

note: 3Entends la nuit Miquel - 13 juin 2019

Ou comment écrire un texte subversif avec la base narrative de Twilight et 50 shades. Ce roman signe le retour de la géniale Catherine Dufour aux littératures de l’imaginaire après quelques petits Essais tout à fait recommandables. Il s’agit d’une romance fantastique intello, c’est pour le moins ambitieux, pas son meilleur cependant mais mes attentes étaient élevées, moins d’audace dans le style, moins d’humour aussi que précédemment. Pour ceux que cette curiosité littéraire intéresse.

La petite fille qui en savait trop (Peter May)

note: 5La petite fille qui en savait trop Danny - 11 juin 2019

Neil Bannerman, brillant journaliste écossais, rejoint Bruxelles au cours de l’hiver 1979. La Grande Bretagne est sur le point d’adhérer à la CEE, et Bruxelles est « the place to be ». Il y rejoint un collègue de son journal, qu’il ne connait pas, un permanent, qui vit là avec sa jeune fille autiste, Tania. Celle-ci ne parle pas. Mais dessine. Admirablement. Très vite le collègue est tué au cours d’une « querelle » (?) avec le ministre britannique aux affaires européennes, un brillant et jeune homme politique. Or Tania assiste cachée aux assassinats. Et elle dessine ce qu’elle a vu.
Le tueur, un pro sans état d’âme, envoyé pour l’éliminer, s’attache très vite aux pas de Neil qui enquête et veut protéger la jeune fille. Une course contre la montre s’engage alors.
Dans ce roman, il y a Bruxelles comme décor, une ville, noire, humide, glacée, qui rend difficile l’enquête, et des protagonistes qui se dévoileront, au fil des progrès difficiles de Neil Bannerman, tout aussi noirs que la ville. Le rythme est crescendo mais de façon insidieuse, et la complexité de Neil et du tueur est très intéressante à suivre. Le style est précis et simple tout à la fois.
Peter May dont c’était le 3e livre (réédition de 1979) avait alors déjà son style et sa maîtrise du tempo.
Une lecture captivante qu’on quitte avec regrets, qui prend un relief particulier, alors que la Grande Bretagne va quitter l’Union européenne à l’automne 2019.

1793 (Niklas Natt och Dag)

note: 51793 Marie-Claude - 9 juin 2019

quel magnifique roman historique. Une grande partie des faits dans ce livre sont réels. L'auteur décrit les moeurs de l'époque de façon réalisme. Ses personnages nous fascinent les bons comme les méchants et le livre fermés ils sont encore là. Le style est direct, rythmé et l'intrigue est prenante. Pour un premier roman bravo. Auteur à suivre

Le poids du monde (David Joy)

note: 4Le poids du monde crazybook - 8 juin 2019

Ce roman se déroule dans cette zone rurale des Appalaches écrasée par la pauvreté, dévastée par la crise de 2008. Un monde de petits blancs englués dans une misère économique, sociale et humaine dont ils ont du mal à s'échapper. Deux amis d'enfance, l'un Thad de retour d'Afghanistan fracassé, l'autre orphelin, resté sur place sans pouvoir fuir cette région. Ils vivent dans le fond du jardin de la mère de Thad dans une caravane subsistant grâce à des trafics dont l'un la drogue va les faire basculer dans la violence. Trois personnages qui font souvent les mauvais choix, écorchés, blessés broyés par un système sans pitié. Ils sont décrits avec leur faiblesse mais restent paradoxalement attachants. Quel pouvoir ont ils sur leur destinées ? Ce roman est violent mais riche. A découvrir. X

Elle le gibier (Élisa Vix)

note: 5Elle le gibier Miquel - 5 juin 2019

Il s’agit d’un court roman d’une grosse centaine de page. Un roman choral (c’est la mode) qui se lit comme une dystopie. Sauf qu’en lieu et place d’un totalitarisme imaginaire c’est le monde de l’entreprise contemporain qui est décrit. L’intrigue tourne autour de Chrystal, une jeune diplômée qui vient d’être embauchée par Medecines, le leader international de l’information médicale. L’histoire est racontée par ses anciens collègues, après un drame dont on ne connait pas la teneur avant la fin du roman. C’est très efficace, angoissant, parfaitement maitrisé. Elisa Vix fait partie de ces auteurs qui mériteraient un lectorat bien plus large. 5/5.

L'ennemie (Irène Némirovsky)

note: 5L' Ennemie Babeth - 5 juin 2019

Très agréable découverte de cette romancière que je ne connaissais pas. L'auteur, Irène Némirovsky a écrit ce roman en 1928 sous pseudonyme, pour tromper la vigilance des siens. Et on va très vite comprendre pourquoi !
Gabri, qui en fait est l'auteur, voue une haine farouche envers sa mère, femme superficielle, égoïste, jolie coquette mais sur le déclin, plus intéressée par son amant que par l'épanouissement de ses filles. Cette haine se voue en répulsion physique pour cette mére pour laquelle elle n'est qu'un fardeau.
On sent monter au fil des pages cette répulsion qui se terminera en drame. Ce livre est un petit bijou qu'il faut lire absolument.

La danse du temps (Anne Tyler)

note: 1 Nadine - 5 juin 2019

Un roman complètement invraisemblable de platitudes, de clichés, de mièvreries. A la rigueur, la première partie démarrait plutôt bien : l’enfance de Willa, partagée entre un père gentillet et une mère instable la conduit à choisir une vie rangée et sécurisante : ses études, son mariage, ses enfants, son veuvage et son remariage passent à toute vitesse et c’est un peu dommage. Mais le roman bascule quand à 60 ans, elle répond à la demande d’une inconnue qui la sollicite pour garder une fillette à l’autre bout du pays, parce que la maman a une fracture à la jambe. Ce serait la fille d’une ancienne petite amie de son fils. Et là, on se noie dans les invraisemblances au pays des bisounours : un milieu où tout le monde est gentil, s’entraide, pend soin les uns des autres … (mais on fait appel à une inconnue à l’autre bout des USA pour garder la fillette de 11 ans ?). Willa va carrément s’installer dans la famille et enfin se sentir utile à quelque chose. La fillette est horripilante, alors qu’elle est présentée comme dégourdie et autonome. C’est pathétique. Les dialogues sont d’une platitude et d’une inutilité !!! Petit apitoiement cependant : la relation très triste qu’entretiennent les fils adultes de Willa avec leur mère qui ne compte pas du tout dans leur vie. Idem pour la sœur cadette de Willa qui la complètement rayée de sa vie. Si vous vous posez des questions subliminales sur le sens de la vie, à éviter !

Battues (Antonin Varenne)

note: 4Battues Gillette - 4 juin 2019

Atmosphère digne des meilleurs romans noirs américains "nature writing" avec des caractéristiques bien de chez nous. Mais cette nature n'a de sens qu'à travers les hommes et femmes qui y vivent, des êtres cabossés mais crédibles. Très recommandable !

Les meurtres de Molly Southbourne (Tade Thompson)

note: 4Meurtres de Molly Southbourne Miquel - 1 juin 2019

La nouvelle livraison de la collection une heure lumière qui propose de courts textes de littérature de l’imaginaire. Après plusieurs déceptions, il s’agit cette fois-ci d’un vrai bon roman d’horreur. Attention cependant, il ne s’agit pas d’un thriller horrifique dont le genre raffole mais d’un livre qui joue avec des thèmes d’ « horreur corporelle » et de science-fiction. Je ne peux pas en dévoiler trop, je me contenterai de reprendre la 4éme de couverture :
Molly est frappée par la pire des malédictions. Aussi les règles sont-elles simples, et ses parents les lui assènent depuis son plus jeune âge.
Si tu vois une fille qui te ressemble, cours et bas-toi.
Ne saigne pas.
Si tu saignes, une compresse, le feu, du détergent.
Si tu trouves un trou, va chercher tes parents.
Molly se les récite souvent. Quand elle s’ennuie, elle se surprend à les répéter sans l’avoir voulu… Et si elle ignore d’où lui vient cette terrible affliction, elle n’en connaît en revanche que trop le prix. Celui du sang.
Je recommande.

Grace (Paul Lynch)

note: 3Grace Monik - 31 mai 2019

Lecture exigeante voir laborieuse tant le thème est pesant. L’auteur dépeint un portrait terrible et bouleversant de l’Irlande de 1845 ravagée par la grande famine. Roman éprouvant avec une narration complexe qui mélange les aller-retour, les morts et les vivants. Au sein de toute cette noirceur, Grace, encore une enfant, lancée sur les routes, forte et fragile à la fois, nous brise le cœur et nous émeut.


Le cartographe des Indes boréales (Olivier Truc)

note: 3 Françoise - 29 mai 2019

Mon avis ? Long, beaucoup trop long ! L’histoire de la cartographie pratiquée au 17e siècle est très intéressante, les histoires de sorcellerie, à St Jean de Luz ou en Laponie, beaucoup plus fastidieuses dans leurs progressions. 300 pages auraient suffi, sans lasser le lecteur.