Critique

 

Le coeur de l'Angleterre (Jonathan Coe)

note: 4Le coeur de l'Angleterre Marie-Pierre - 9 octobre 2019

Le coeur de l’Angleterre est le troisième volume de la saga familiale débutée par Bienvenue au club et Le Cercle Fermé.
Il n’est en rien indispensable d’avoir lu les premiers volumes pour comprendre et apprécier cette suite qui nous fait traverser l’histoire politique de l’Angleterre des années 2010. Le lecteur retrouve (ou rencontre) Benjamin Trotter, sa sœur Lois, Sophie, la fille de celle-ci et Colin, le patriarche. Cette famille va vivre au rythme des émeutes de 2011, des JO de 2012 et de la campagne fiévreuse du Brexit. Benjamin se réfugie dans un passé nostalgique en écrivant un livre qui à son grand étonnement, connaîtra un petit succès. Lois est toujours victime du stress post-traumatique qui la hante depuis que l’amour de sa vie a péri dans un attentat dans les années 80. Colin, récemment veuf, se laisse happer par les sirènes du « Leave » tandis que Sophie et son mari, comme paraît-il des milliers de couples anglais, voient le Brexit s’immiscer sous leur couette et détruire leur couple.
Le roman permet d’aborder des questions de société d’aujourd’hui : le nationalisme, le politiquement correct, les problèmes de l’immigration l’identité et, bien sûr... le temps qui passe. C’est très intéressant pour la française que je suis de constater à quel point la question du Brexit est source de division et de conflits au sein de la société anglaise et même des familles. Un peu l’équivalent de notre Affaire Dreyfus en somme...
C’est un très bon roman, si dense toutefois, qu’il ne faut en sauter aucune ligne.
Je vais de ce pas me lancer dans les premiers volumes.