S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Anne

 

La couleur des sentiments (Kathryn Stockett)

note: 5Sublime Anne - 20 mai 2020

Un livre magnifique, qui se déroule dans le Mississippi, dans les années 60, en pleine ségrégation. Il s'agit d'un livre de femmes, à 3 voix. D'un côté les bonnes, noires, qui travaillent dans des familles blanches, à s'occuper de la maison et aussi à élever les enfants. De l'autre, ces femmes blanches, qui ont toutes grandi dans l'idée que les Noirs et les Blancs sont différents, comme un fait établi qui n'a aucune raison d'être remis en cause. Pourtant, des relations se nouent, des attachements se créent, sans cesse mis à l'épreuve par ce que dicte la société, par ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Un récit tout en nuances et très juste. Gros coup de cœur.

Seul le silence (Roger Jon Ellory)

note: 4Seul le silence Anne - 27 avril 2020

Totalement en phase avec les avis précédents. Un thriller qui met en scene un personnage, Joseph Vaughan, hanté par le meurtre de fillettes, alors que le coupable court toujours. Il n'aura de cesse, toute sa vie, de chercher à le démasquer. Obsédé par ces meurtres, il trouve dans l'écriture une forme de rédemption. Un livre à l'écriture puissante, avec une fin un peu rapide, c'est vrai.

Paris-Brest (Tanguy Viel)

note: 4Paris Brest Anne - 11 avril 2020

Un court roman qui se lit d’une traite avec un style bien enlevé et une histoire familiale au vitriol. Où comment l’argent bouleverse des liens familiaux déjà bien fragiles. Tanguy Viel est souvent sans concession dans ses romans. J’ai beaucoup aimé.

Par amour (Valérie Tong Cuong)

note: 5Très beau livre Anne - 2 avril 2020

On a parfois le sentiment d'avoir tout lu sur la Seconde guerre mondiale (mais en lit-on jamais assez sur cette période?). Roman qui se déroule au Havre, où le lecteur suit le destin de deux familles. Certains pans de l'histoire de cette période sont mis en lumière (envois d'enfants en Algérie, actions des Alliés durant le conflit). Très belle écriture, et un sens du romanesque.

Sauf (Hervé Commère)

note: 3Vite lu, vite oublié Anne - 24 mars 2020

Polar facile et rapide à lire, qui ne m’a pas trop plu. Trop d’invraisemblances, je n’y ai pas cru. Vite lu, vite oublié.

Mictlan (Sébastien Rutés)

note: 2Éprouvant Anne - 24 mars 2020

On se croirait dans La salaire de la peur. Gros et Vieux conduisent sans relâche un camion rempli de cadavres que le Gouverneur leur a sommé de faire disparaître, avec interdiction de s’arrêter, hormis pour faire le plein d’essence. Ambiance poisseuse et morbide, la violence est une menace permanente. Livre éprouvant, notamment dans sa forme, plusieurs pages ne comportent qu’une seule et même phrase, que j’ai eu du mal à finir.

La fuite en héritage (Paula McGrath)

note: 5Un très beau roman Anne - 24 mars 2020

Très beau roman où l’on suit le récit de trois femmes. On relègue au second plan assez vite l’envie de connaître le lien qui les unit, pour savourer pleinement sa lecture et suivre ces trois personnages. Roman émouvant et délicat, c’est un coup de cœur pour moi aussi.

Le monde n'existe pas (Fabrice Humbert)

note: 2Un rendez-vous manqué Anne - 4 mars 2020

L'auteur s'attache à démêler la réalité et la fiction, à partir d'une histoire de meurtre. Il met en avant le pouvoir des images, de ce qu'on en fait, des médias, des réseaux sociaux. Sujets on ne peut plus d'actualité, mais je n'ai pas été embarquée. Les personnages m'ont paru froids, me laissant ainsi suir le côté.

L'héritage Davenall (Robert Goddard)

note: 5L'héritage Davenall Anne - 20 janvier 2020

1882, en Angleterre, un certain James Norton se présente à la demeure de la famille Davenall, affirmant être James Davenall, le fils aîné, disparu onze plus tôt. Aucun des membres de la famille ne le reconnait, d'autant qu'un titre de baronnet, la fortune et le patrimoine de la famille sont en jeu. Pourtant, l'excellente connaissance de ce Norton de l'histoire et des événements de la famille parvient à insinuer le doute chez certains, tandis que les autres réfutent toute filiation. James Norton est-il vraiment James Davenall, ou un imposteur?
A cette question, l'auteur ne répond que dans les dernières lignes. Secrets de famille, mystères, rancoeurs, manipulations, on ne s'ennuie pas et les rebondissements s'enchainent. Je me suis régalée.

Askja (Ian Manook)

note: 4Un polar original Anne - 29 novembre 2019

Un cadavre introuvable, un sniper qui vise les lieux touristiques, un témoin atteint de la maladie d'Alzheimer qui disparait...voilà à quoi est confronté l'inspecteur Kornélius Jakobsson, avec pour toile de fond le désert isolé de l'Askja, dominé par un volcan. Pour les besoins de l'enquête, il est entre autres affublé de deux policiers Komsi et Spinoza (ce sont des surnoms), dignes de Dupont et Dupond. Kornélius devra aussi se confronter à sa propre histoire familiale pour avancer.
Un polar bien mené, souvent drôle, avec des situations parfois irréalistes. Les personnages hauts en couleurs apportent un vrai plus.
Un polar original qui renouvelle un peu le genre. A lire.

Le coeur battant du monde (Sébastien Spitzer)

note: 3Un roman intéressant sur le Londres du XIXème siecle Anne - 2 novembre 2019

Un roman qui se déroule à Londres au milieu du XIXème siècle, mettant en scène Karl Marx, Engels. Charlotte, une jeune Irlandaise qui a fui la grande famine, recueille le bâtard de Marx, elle qui vient de perdre son enfant suite à une agression. 
Un roman intéressant pour l’atmosphère de l’époque très bien rendue, sur fond aussi de guerre de Sécession aux Etats-Unis, qui perturbe fortement l’approvisionnement en coton, vitale pour l’économie anglaise. 
J’ai été moins convaincue par le parti pris de mettre en scène des personnages historiques qui n’apportent pas grand chose au récit. Enfin, ne lisez pas la quatrième de couverture qui en révèle beaucoup trop !

Le chagrin des vivants (Anna Hope)

note: 5Le chagrin des vivants Anne - 26 septembre 2019

Un très beau premier roman sur les lendemains de la Première Guerre mondiale en Angleterre, les traumatismes, les absents, et ceux qui restent. Trois portraits de femmes particulièrement émouvants. Un coup de coeur!

Retour Haut