S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Danielle

 

Dernier arrêt avant l'automne (René Frégni)

note: 4DERNIER ARRET AVANT L'AUTOMNE Danielle - 8 avril 2020

Ce livre est à la fois une poésie et un roman policier. La description des paysages de l’arrière pays provençal est magnifique.
Le narrateur , écrivain, est à court d’idées. Par l’intermédiaire d’un ami, il trouve un travail de gardiennage dans un monastère isolé . Sa solitude adoucie par la présence d’un jeune chat sera bouleversée par la découverte d’une jambe humaine fraîchement inhumée dans le vieux cimetière du cloître. L’intrigue policière nous tient en haleine jusqu’au dénouement, avec une magnifique preuve d’amitié.
Petit roman très agréable à lire.

Caresse de rouge (Éric Fottorino)

note: 4caresse de rouge Danielle - 8 avril 2020

Petit roman mais grande histoire.
lisez la 4ème de couverture. Vous serez surpris par l'épilogue.

Ici n'est plus ici (Tommy Orange)

note: 3ici n'est pas ici Danielle - 8 avril 2020

Une écriture très présente, très vivante, mais une lecture sombre.
Après nous avoir rappelé l’histoire amérindienne comme le massacre de Sand Creek en 1864, l’auteur nous présente douze indiens, leurs vies d’indiens urbains et leurs rêves d’identité.
Ils ne se connaissent pas, vont se rencontrer lors de la grande fête annuelle le Paw-Wow à Oakland.
Là où tout va dérailler.
Il y a dans ce roman de nombreux thèmes abordés, la misère (alcoolisme, violences familiales), la quête d’identité, la domination d’un peuple par un autre.
Ce roman dense vous plaira si vous vous intéressez aux indiens d’aujourd’hui.

Comme des lions (Fatima Bhutto)

note: 5COMME DES LIONS Danielle - 9 mars 2020

« Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour échapper à notre vie ? »
C’est ce que nous raconte Fatima Bhutto dans ce roman très contemporain (2014 – 2018). Elle nous décrit le parcours de trois jeunes adultes que tout oppose et qui cependant épouseront chacun pour des raisons différentes un Islam radical qui les emmènera jusqu’en Irak ou leur rencontre à Ninive, sous les bruits des hélicoptères et des bombes sera violente et tragique.
Sunny a la sexualité confuse vit en Angleterre, son père souhaite pour lui une parfaite intégration.
A Karachi Monty a honte des agissements égoïstes de son père qui possède la moitié de la ville et Anita-Rose refuse de vivre la vie de pauvreté de sa mère et ne veut plus dépendre de son frère aux activités suspectes.
Au fil des pages, l’atmosphère du roman s’alourdit. (La traversée du désert à pied par Monty et Sunny que tout oppose est terrifiante).
Ce roman, reflet de notre époque et d'une jeunesse en recherche d'ideaux ne peut s’oublier.

Miroir de nos peines (Pierre Lemaitre)

note: 5miroir de nos peines Danielle - 26 février 2020

Dans le 3ème volume de cette fresque historique qui couvre les quelques jours d’avril à mai 1940 lorsque les Allemands sont entrés en France après avoir contourné la ligne Maginot, Pierre Lemaître retrouve Louise la petite fille de I0 ans qui tenait compagnie à Edouard Péricourt dans son premier roman. Elle a maintenant 30 ans et devient le fil d’Ariane de celui-ci.
Puis nous rencontrons Gabriel, professeur de mathématique , Désiré et bien d’autres personnages tous très attachants, avec leurs défauts et leurs qualités qui se révéleront dans les situations si difficiles qu’ils rencontreront tous durant l’exode.
(La mauvaise foi du soldat Désiré vis à vis du Sergent Chef Gabriel , m’a inquiété en début de roman mais quel plaisir de découvrir, tout au long de cette effroyable période, l’évolution de leurs relations. Désiré usurpateur d’identités en fonction des besoins est un homme génial ! On le perdra sous la dernière en ecclésiastique charismatique qui redonne espoir, toit et nourriture aux gens qui fuient la zone occupée par les allemand).
P. Lemaître aime ses personnages, ils peuvent être tricheurs, méchants, voleur lorsqu’on donne l’ordre de brûler tout le stock de billets de banque, généreux, courageux mais tous indispensables.
Les secrets de famille font aussi partie de ce roman qui est prenant, éblouissant. C’est un feu d’artifice.

Les habits du plongeur abandonnés sur le rivage (Vendela Vida)

note: 1LES HABITS DU PLONGEUR ABANDONNES SUR LE RIVAGE Danielle - 26 janvier 2020

Ce roman écrit à la 2ème personne « tu » et dont l’héroïne n’a pas de nom ne m’a pas captivée.
Une américaine perturbée par un divorce en cours part au Maroc pour se changer les idées Dès son arrivée à l’hôtel de Casablanca on lui vole son sac à dos avec passeport, moyens de paiements, ordinateur et guide touristique. Elle se rend au poste de police où on lui remet un sac à dos noir avec le passeport d’une américaine … nous sommes au Maroc. Qu’a cela ne tienne, notre héroïne s’en contente et commence alors pour elle une nouvelle vie. C’est irrationnel on ne peut plus. J’ai poursuivi ma lecture page après page dans l’attente d’un fait insolite, d’une découverte intéressante. En fin de livre un petit espoir lorsqu’on comprend qu’elle a subi un choc dans sa vie intime mais rien n’est développé. L’identité de cette femme nous échappe totalement. Une déambulation dans le Maroc d’aujourd’hui, dans les hôtel de luxe, les rues encombrées, les taxis, le poste de police. Pour moi rien de très intéressant. Une lecture de voyage.

Le soleil sur ma tête (Geovani Martins)

note: 3LE SOLEIL SUR MA TETE Danielle - 16 décembre 2019

Chuis passé chez Vitim, après on est allés,chez Caillou .. Jusque-là, on était tous sur le même mode : raides, sans beuh, et juste l’envie de kiffer la plage. Heureusement Teco avait passé la nuit à donner un coup de main aux potes du deal, ...

Martins nous emmène avec lui dans une des nombreuses favelas de Rio de Janeiro. C’est une immersion complète. Ses nouvelles contées dans le langage des favelas sont empreintes de la violence de cette société sous la menace omniprésente des narcotrafiquants et de la police dans la vie de la jeunesse. Mais ces enfants vivent leur vie d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes dans ce milieu.
Le lecteur appréhende la fin du récit lorsqu’un petit garçon prend le pistolet de son père, ou lorsqu’un jeune adolescent humilié par la peur qu’il provoque chez une vieille dame aisée pour l’avoir seulement croisée se met alors à la traquer.
Que va-t-il se passer ? l’accident ou la bavure ne se produisent heureusement pas.
Il n’y a jamais de méchanceté chez ces enfants, rien qu’une envie de vivre et si possible d’améliorer le présent dans leur univers pour nous méconnu, mystérieux et déconcertant.
Beaucoup d'émotion à la lecture de ces nouvelles.

Les guerres intérieures (Valérie Tong Cuong)

note: 3LES GUERRES INTERIEURES Danielle - 1 décembre 2019

Un roman facile à lire qui nous fait cependant réfléchir. Qu’aurais-je fait ? ...
Dans l’urgence, il ne s’est pas inquiété des bruits violents venant de l’appartement du dessus. Il est parti à son rendez-vous. Son intervention aurait changé le cours des événements. Un roman sur les regrets, la culpabilité.
Tous les personnages sympathiques et si humains du roman ressentent à leur tour avec plus ou moins d’intensité ces sentiments. Seule la victime, Alexis, y échappe.

Transparence (Marc Dugain)

note: 3TRANSPARENCE Danielle - 1 décembre 2019


Roman d’anticipation. Nous sommes en 2060. Le monde numérique a bien évolué, il est prêt à nous offrir l’immortalité.
Est-ce un avertissement sur un futur possible ? Effrayant.

L'été meurt jeune (Mirko Sabatino)

note: 4l'été meurt jeune Danielle - 27 novembre 2019

Premier roman de Mirko Sabatino.
Par ses narrations et ses descriptions simples et précises, il nous immerge dans la vie de chaque acteur. Un magnifique roman sur la perte de l’innocence et l’irréversibilité de nos actes.

L’auteur situe son roman dans un village des Pouilles pendant l’été 1963. Eté riche en événements dans le monde et pourtant sans beaucoup d’intérêt dans ce petit village en bord de mer ou la vie s’écoule au jour le jour sous une chaleur étouffante
Mais de l’ennui naît la violence, elle est partout chez les enfants, chez les adultes.
Trois garçons de douze ans, Primo dont le Père instituteur est mort, Damiano fils d’ entrepreneur et Mimmo dont le père érudit qu’une fragilité oblige à faire des séjours en hôpital psychiatrique, ont signé un pacte d’amitié qui leur permet de faire face à cette violence.

Les évènements des premiers jours de l’été que vivent ces enfants correspondent à leur âge et l’histoire est passive puis tout s’accélère, une forte tension s’installe dans le roman.
Ces enfants confrontés chacun à leur tour à des évènements violents respecteront ce pacte, c’est alors qu’ils appliquent la loi du talion.
l’espace d’un été ces enfants sans problèmes perdront leur innocence et leur jeunesse.

Se taire (Mazarine Pingeot)

note: 4se taire Danielle - 22 octobre 2019

Beau roman sur l’identité bafouée.
Se taire. Oui Mathilde se tait. Elle a 20 ans et vient d’être violée par un homme au-dessus de tous soupçons, un Nobel. Mais elle appartient à une certaine classe de la société et dénoncer serait donner en pâture son histoire et celle de sa famille engagée politiquement, à la presse people et au monde politique.
Famille, Amis, tous lui déconseillent de dénoncer ce viol.

Ce roman pose le grave problème du silence choisit mais surtout imposé par une appartenance à un groupe social après la perte de son identité, de son intimité, ; ce poison diffus qui détruit la personne. Les femmes violées sortent du silence depuis l’arrivée de #MeToo mais les rapports sociaux sur le sujet évoluent très lentement.
Mathilde souffrira sans cesse de cette situation qui lui deviendra plus insupportable encore lorsque son fils de 7 ans y sera confronté.

M. Pingeot nous décrit avec puissance le poids insoutenable de ce silence et ses conséquences sur la personne et sa descendance dans le tumulte du monde d’aujourd’hui.

Le ciel par-dessus le toit (Nathacha Appanah)

note: 5le ciel par-dessus le toit Danielle - 22 octobre 2019

Pourquoi Loup est en maison d’arrêt ?
Dans une écriture sobre, l’auteur nous présente des personnages silencieux, presque absents. Chacun à été meurtri, blessé, mal aimé dans son enfance. La mère de Loup n’a pas les codes pour élever ses deux enfants.Mais l’incarcération de Loup va bouleverser ces vies.
J’ai aimé ce roman sur l’enfance, sur cet amour maternel et fraternel qui aura résisté aux vicissitude de la vie et s’exprimera enfin.

Le Ghetto intérieur (Santiago H. Amigorena)

note: 5le ghetto interieur Danielle - 22 octobre 2019


Le grand-père de S. Amigorena ayant compris qu’il ne serait toujours qu’un juif aux yeux des Polonais bien qu’ayant guerroyé en tant que capitaine de leur armée en 1920 émigre en Argentine et y fonde sa famille.
Il a plusieurs fois demandé à ses parents,à sa mère surtout, de le rejoindre mais sans trop d’insistance. Lorsque la seconde guerre mondiale éclate et que son peuple est exterminé, il est trop tard. Le regret de ne pas être allé la chercher, de ne pas avoir pris la dimension de la catastrophe annoncée l’atteint au plus profond de son être. Sa culpabilité est immense. Il se tait définitivement.
On est happé par la souffrance de cet homme. Cette lecture autobiographique et riche d’enseignements historiques est douloureuse. UN BEAU ROMAN ;

Que tout soit à la joie (Emmanuelle de Boysson)

note: 4QUE TOUT SOIT A LA JOIE Danielle - 8 octobre 2019

Belle lecture dans l’ambiance des années 70.

Le roman d’E. De Boisson se nourrit d’un drame familial dont il est interdit de parler en famille.
Nous sommes dans les années 70 et Juliette devra s’affranchir du carcan de son éducation bourgeoise pour réhabiliter la mémoire de son Oncle, le Cardinal Dantec, théologien, scientifique, érudit, aimé et admiré de tous. Décédé chez une prostituée.
Cet homme avait-il une double vie, peut-on être un homme de Dieu et un homme de chair ?
Dans cette recherche de vérité, l’émancipation de Juliette fait l’attrait de ce roman.

Les victorieuses (Laetitia Colombani)

note: 3LES VICTORIEUSES Danielle - 5 juillet 2019


Blanche Peyron a voué sa vie à l'Armée du Salut qui lui doit « le palais de la femme » un important foyer pour femmes au cœur de Paris. Cent ans après, Solène, brillante avocate, retrouve goût à la vie après un burn-out en acceptant d'être écrivain public au seing de ce foyer.
Deux femmes anonymes généreuses pour une même cause.
Lecture intéressante.

Les méandres du Nil (Robert Solé)

note: 5LES MEANDRES DU NIL Danielle - 5 juillet 2019


14/4/1831 – 25/10/1836 . Quatre ans et demi. C'est le temps qu'il aura fallu à l'expédition française pour amener d’Égypte l'obélisque de Louqsor que Mehémet-Ali avait offert à Charles X jusque sur la place de la Concorde à Paris.
La reconstitution historique de cette aventure est passionnante. Il s'agissait de transporter ce monstre de pierre d'Egypte jusqu'en France, tout était à inventer et à prévoir, le matériel comme les moyens de transport.
Ce roman est à double lecture car l'avancé de toutes ces prouesses techniques qui nous fait côtoyer le peuple égyptien se fait aussi au rythme d'une histoire d’amour entre un jeune ingénieur
chargé de suivre les travaux et une modiste parisienne qui adhère au nouveau mouvement des Saints Simoniens, prophète d'un monde nouveau qui envisage de percer l'isthme de Suez.

Le Messager (Leslie Poles Hartley)

note: 5LE MESSAGER Danielle - 5 juillet 2019

Un garçon de 13 ans orphelin de père et de milieu modeste est invité à passer ses vacances chez son ami de pension dans le manoir familial.
En admiration devant la grande sœur de cet ami, il accepte d'être pour elle le « messager ».
Il ne connaît pas les règles de ce monde aristocratique, il y est à la fois apprécié, aimé, utilisé, moqué ...
C'est pour lui l'été de toutes les découvertes jusqu'à la dernière qui sera si brutale qu'il en perdra connaissance et devra se remettre d'une dépression avant de reprendre l'école.
Cinquante après, à la lecture de son journal de vacances de cet été là il retrouve ces souvenirs enfouis. A son insu ils ont influencé sa vie d'homme.
Magnifique roman sur l'adolescence, la naissance du sentiment amoureux, la perte des illusions.

Tous, sauf moi (Francesca Melandri)

note: 5TOUS SAUF MOI Danielle - 5 juillet 2019


En nous contant la vie d'Attilio Profeti, cet homme de 95 ans, ce sont les conséquences de l'ambition coloniale sans limites de Mussolini que Francesca Mélandri porte à notre connaissance dans ce magnifique roman. Roman historique très documenté.

J'ai couru vers le Nil (°Alā al- Aswānī)

note: 5J'AI COURU VERS LE NIL Danielle - 28 mai 2019

Alaa El Aswany dans ce roman choral nous plonge dans la révolution égyptienne avec toutes ses horreurs.
A travers les péripéties politiques et intimes de personnages liés les uns aux autres, du chauffeur au haut gradé en passant par la domestique musulmane et le bourgeois copte,. Nous y rencontrons les affiliés au régime, les faibles, et les engagés politiques qui vont jusqu'à l’héroïsme.
C'est plus qu'un roman, c'est une page d'Histoire contemporaine et un acte de résistance de l'écrivain envers la politique actuelle de son pays.

Sérotonine (Michel Houellebecq)

note: 1SEROTONINE Danielle - 31 mars 2019

Malgré l'image sans concession de notre société contée avec le talent qu'on reconnait à cet auteur, je trouve ce roman cynique, vulgaire, excessif et dépressif,quelques rares fois drôle. Le personnage principale nombriliste à souhait me fait fortement penser à l'auteur qui ne m'aura plus dans la liste de ses lecteurs.

Au-delà des frontières (Andreï Makine)

note: 4AU DE-LA DES FRONTIERES Danielle - 29 mars 2019

Un roman fort, belle écriture, dans l'air du temps.
Deux polices d'écritures différentes rendent la lecture difficile.
Lynden, le personnage principal est obsédé par la décadence de l'Occident.
Ce jeune homme de 27 ans dont on apprendra plus tard qu'il s'est suicidé a écrit un roman qu'il appellera « le grand déplacement », une analyse sans concession de notre société.
Ce grand déplacement c'est la fuite des français de leur pays vers la Libye pour une vie meilleure … à ce stade le roman est drôle. Ça ne durera pas.
Lynden a un maître à penser, Osmonde dont le mouvement philosophique développe l'idée d'une troisième vie après la première biologique et la deuxième sociale celle de l'alternaissance  que peu de nous atteignons, celle qui nous permet de dépasser l'absurdité de la vie actuelle pour revenir à l'essentiel, dans une société apaisée… nous sommes alors des giggers et vivons la métapraxie.
Le narrateur accompagné de la mère de Lynden (personnage intéressant) intrigués par ce roman rencontrent Osmonde.
.Atteindront-ils cette alternaissance, « ce temps de la pérennité ».

Le Meurtre du Commandeur, livre 1 : Une idée apparaît (Haruki Murakami)

note: 5LE MEURTRE DU COMMANDEUR 1 et 2 Danielle - 5 février 2019


Dans ce roman Murakami nous emmène dans un monde irréel et fantastique, entre rêve et réalité. Il y est question d'amour, d'amitié, de paternité.
cette lecture m'a captivée, elle ne peut être rapide. Elle demande du temps, c'est profond, inquiétant, improbable. Cette histoire surréaliste se termine cependant comme une fable des temps modernes.
Après diverses péripéties, un jeune peintre qui désire abandonner la peinture gagne-pain des portraits qu'il a fait jusqu'ici avec beaucoup de talent pour peindre selon son âme, selon ses rêves, découvre dans le grenier d'un vieux peintre célèbre un tableau « nihonga » d'une extrême violence qui va bouleverser sa vie « le meurtre du commandeur ».
Il entre alors dans un monde ésotérique peut-on dire.

Compromis (Philippe Claudel)

note: 4LE COMPROMIS Danielle - 5 février 2019

Une pièce de théâtre sans grande surprise sur le fond mais jubilatoire.

Deux amis, un comédien médiocre et un écrivain tout aussi médiocre face à face dans un appartement vide attendent le futur acheteur en vue de signer un compromis.
Un jeu de ping-pong verbal entre les deux amis face à un étranger qui ne sait jamais où se situer.
Du compromis de vente, on passe très vite aux compromis en amitié. De la conversation amicale on glisse vers les reproches, les regrets ... petites phrases assassines, etc ....
Cette pièce est drôle.

La vraie vie (Adeline Dieudonné)

note: 5la vraie vie Danielle - 28 novembre 2018

J'ai « dévoré » ce roman. Impossible de poser le livre avant de l'avoir lu jusqu'à la dernière page.
Il y est question de l'enfance, de drame social, de volonté forcenée à changer le cours des choses.
La première phrase du roman « A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents, et celle des cadavres. » pose le décor car qui sont ces cadavres ?
Il s'agit des trophées de chasse de son père qui a 3 passions dans la vie, la chasse, la télévision et le whisky..
L’héroïne du roman que nous suivons de ses 10 ans à ses 15 ans n'acceptera pas la même soumission que sa mère et devra ruser pour ne pas être un jouet à la disposition de ce père, égoiste, violent et méprisant.
Elle a 10 ans, une vie heureuse avec son petit frère Gilles si beau, si doux, qu'elle protège.
Mais l'explosion d'un siphon de chantilly va changer le cour de cette vie. Le petit frère devient mutique, perd sa joie de vivre.
Notre héroïne de 10 ans n'a qu'un but, sauver ce petit frère, le voir sourire à nouveau et pour cela il faut retourner dans le passé, et éviter l'explosion fatidique … et surtout éviter l'influence de cette hyène aux yeux jaunes qui trône dans la chambre aux cadavres.
… que d'efforts.
Les personnages du roman sont peu nombreux mais tous indispensables.
Un éminent chercheur en physique et un homme jeune, athlétique qui fera naître chez elle le désir lui permettront de s'évader de l'ambiance familiale et de se créer son propre environnement, vivable celui-là.
Cependant le drame est inéluctable, mais qui en sera la victime ? Ensuite seulement commencera la vraie vie.



La petite gauloise (Jérôme Leroy)

note: 3LA PETITE GAULOISE Danielle - 22 novembre 2018

L'histoire se passe dans une ville portuaire de l'Ouest au sein d'une population jeune, essentiellement de chômeurs et de jeunes gens scolarisés dans un lycée en zône défavorisée.
L'écriture précise, incisive est dure. Il n'y a pas de jugement, pas échappatoire, que des faits tous plus sordides les uns que les autres.
Roman noir, social on ne peut plus.
L'auteur a été professeur 20 ans dans une Z.E.P.

La loi de la mer (Davide Enia)

note: 3LA LOI DE LA MER Danielle - 18 novembre 2018

Si ce n'étaient les beaux passages sur l'amour filial entre David et son père, et ses rapports affectueux avec son oncle Beppe lutant contre une maladie irréversible et leur amour commun pour cette île, LA LOI DE LA MER ne serait qu'un documentaire de plus sur les migrants à destination de LAMPEDUSA.
Mais la lecture de ce livre me confirme le sentiment très fort que j'ai ressenti après la lecture de celui de Margaret Mazzantini LA MER LE MATIN.
Je ne peux plus aborder une plage, si belle soit-elle, sans penser qu'elle est la promesse de tous les bonheurs mais aussi un tombeau ouvert.

Salina (Laurent Gaudé)

note: 5SALINA Danielle - 11 novembre 2018

Comme toujours, Laurent Gaudé sait nous captiver des les premières lignes de son roman.
Salina, cette petite fille qui vient de nulle part, sauvée et élevée avec amour par Mamanbala, après un mariage forcé n’aura que la vengeance comme raison de vivre. C’est une tragédie.
Tout cela se passe en Afrique et le récit de sa vie par Laurent Gaudé est un conte magnifique
empreint de tous les mystères de ce pays.
Roman court et captivant.

La maison golden (Salman Rushdie)

note: 4LA MAISON GOLDEN Danielle - 7 novembre 2018

Un jeune homme « cinéaste en devenir », fils de professeurs et jeune orphelin, habite une des villas du bijou architectural des « Jardins » communauté préservée nichée au cœur de Greenwich Village à New York.
Sa curiosité est éveillée lorsque Néron GOLDEN et ses trois fils Lucius, Apuleius et Dionysos viennent habiter la plus belle des villas.
Qui sont-ils ? d’où viennent-ils tous les quatre ? que font-ils ? Il n’y a pas de femme ?
En bon voisin et les hasards de la vie aidant, il s’immiscie au seing de cette famille et en conte les événements qui alimenteront le scénario de son film.
Les nouveaux venus ont des personnalités très diverses, brillantes et névrosées, surprenantes et riches, mais celle du jeune cinéaste ne décevra pas, elle non plus.
Tout cela se passe sous la présidence d’Obama et pendant la course au pouvoir de Trump.
Il s’agit d’un temps très actuel où nous sont exposés tous les travers de la société, que ce soit dans l’intimité des êtres et des familles comme dans la société civile.
Cette saga familiale contemporaine qui prend ses origines en Inde se terminera dramatiquement à New York.
Salman Rushdie nous emmène très loin dans les sujets qu’il aborde (le transgenre p. 88 en est un exemple)ce qui peut être quelque fois très intéressant, quelquefois pesant (trop de références au cinéma films et auteurs), très intéressant car il calque aussi les événements sur le calendrier politique.

Ne me touche pas (Andrea Camilleri)

note: 3NE ME TOUCHE PAS Danielle - 6 juillet 2018

Laura, l’épouse d’un écrivain de renom, qui doit publier son premier roman, disparait. Les recherches s’avèrent difficiles, tout laisse penser qu’il s’agit d’une disparition volontaire .
C’est en partant de la thèse de fin d’étude de Laura sur Fra Angelico « noli mi tangere », scène mythique de la bible que le commissaire Maurizi nous fera découvrir cette femme, ses doutes, ses aspirations. Ses amants ne sont pas tendres lorsqu’ils parlent d’elle, et pourtant qui est-elle, que cherche-t-elle ?
Andrea Camilleri parle toujours des femmes avec une infinie tendresse, un infini respect.

L'homme coquillage (Asli Erdogan)

note: 5L'HOMME COQUILLAGE Danielle - 3 juin 2018


Une jeune fille turque, musulmane, élevée dans les traditions du pays, dans un milieu misogyne, ayant fait de brillantes études et bardée de diplômes travaille dans le plus grand laboratoire de physique nucléaire d’Europe. Son parcours professionnel la mène sur l’île de Ste Croix aux Caraibes avec un groupe important de chercheurs. Leur compagnie ne lui convient pas, elle éprouve un besoin d’évasion, d’ouverture sur le monde au-delà de ce milieu. Elle est dépressive, au bout du rouleau.
En arpentant seule, le soir, les chemins de l’île elle croise un homme qui vend les coquillages qu’il pêche. « Petit, avec de larges cicatrices, des yeux très noirs… un marginal, un pauvre, un exclu inscrit dans la nature et la violence ». Cette rencontre va bouleverser sa vie.
Après une tentative de viol à 10 ans , un viol à 20 ans cette jeune fille qui n’a plus ni plaisir ni désir nie son corps. C’est au contacte de cet homme et de leurs échanges lorsqu’elle le rencontre le soir après son travail de chercheur, qu’elle reprendra goût à la vie.
Rarement une vie de jeune femme m’a bouleversée à ce point … .

Douces déroutes (Yanick Lahens)

note: 4DOUCES DEROUTES Danielle - 25 mars 2018

Brune est la fille du juge Berthier dernièrement assassiné car coupable d'être intègre. Ce père qui lui a demandé de ne jamais baisser ni fermer les yeux. Elle est à la recherche des assassins de son père, mais si discrètement qu'on l'oublie presque jusqu'à ...
L'auteur nous entraîne dans le tourbillon de la vie de Port au Prince, ce chaudron gangrené par la corruption ou chacun tente de survivre ne pouvant pourtant pas se soustraire à l’envoûtement de cette ville.
Pour moi, l'écriture est adaptée à l'ambiance du roman. J'ai apprécié ce livre.

Une Femme que j'aimais (Armel Job)

note: 3UNE FEMME QUE J'AIMAIS Danielle - 15 mars 2018

Claude, 29 ans, préparateur en pharmacie est un homme timide. Il est heureux chaque samedi de rendre visite à sa tante Adrienne, une femme de 55 ans belle, discrète et intelligente, pleine de mystères évidemment.
Lors d’une visite, il la trouve morte sur le sol de sa cuisine. Il en est bouleversé puis le doute s’installe. Il y a peu de temps elle désirait lui confier un secret, mais Claude, troublé, à refusé de l’entendre.
Cette mort n’est peut-être pas si naturelle qu’elle le parait. Il recherche la vérité auprès des personnes qui ont connu Adrienne et chaque rencontre lui donne une raison d’approcher cette vérité, laquelle est remise en question par la rencontre suivante. Il ira jusqu’au bout de ses recherches pour découvrir le secret qui expliquera peut-être sa mort.
C’est un roman policier dans lequel Claude est le détective privé. De découverte en découverte le lecteur veut connaitre l’épilogue de cette histoire et ne lâche pas le livre.

Dernier jour à Budapest (Sándor Márai)

note: 4Dernier jour à Budapest Danielle - 12 février 2018

Voir le résumé.
C'est un roman mélancolique. Il est doux, lent, poétique, d'une écriture raffinée.
Tout se passe à Budapest, unité de lieu ; en une journée, unité de temps.

Un vertige (Hélène Gestern)

note: 2UN VERTIGE Danielle - 12 février 2018

Une histoire d'amour passionnelle avec un homme marié, une rupture, sept ans après retrouvailles avec toujours cette passion qu'elle croyait éteinte. Puis l'homme ne sait plus ... la rupture est annoncée par mail. Nous sommes en 2017 !
Comment peut-on écrire 91 pages sur ce sujet si ce n'est de l'égocentrisme poussé à son paroxysme.
J'aimais les romans d'Hélène Gestern. Malgré une belle écriture celui-ci me déçoit.
"je plonge dans une eau tranquille et noire où ma respiration, amniotique, trébuche toute la nuit ... un prénom qui déjà ne résonne plus que dans l'odeur morte du camphre et de la pulvérisation." ...

La nature exposée (Erri De Luca)

note: 4LA NATURE EXPOSEE Danielle - 26 avril 2017

Dans un petit village au pied de la montagne, un homme, grand connaisseur des routes qui permettent de franchir la frontière, ajoute une activité de passeur pour les clandestins à son métier de sculpteur. Il encaisse le prix du passage et le rend à la frontière aux personnes quÆil a accompagné. Un jour il a dans sa clientèle un journaliste. Ce dernier écrit un article sur cet homme et met en valeur sa grande humanité. De ce fait il attire sur lui lÆattention des médias. Contrarié il quitte son village pour sÆinstaller en bord de mer. On lui propose alors de restaurer une croix de marbre sur laquelle le christ est vêtu dÆun pagne, lequel a été rajouté et doit être enlevé pour retrouvé lÆoriginal de lÆoeuvre. Pour ce faire, il rencontrera des responsables de lÆéglise catholique, un prêtre orthodoxe, un rabbin, un musulman à Il sÆinformera aussi sur le créateur de cette £uvre, un jeune sculpteur qui avait connu lÆhorreur des corps déchiquetés sur les champs de bataille. Ce travail lÆamène à une grande réflexion sur le sacré et le profane, sur les différentes religions et sur leurs influences dans notre société. Erri de LUCA est comme toujours très profond dans ses réflexions sur les hommes et sur le monde. Magnifique roman qui me laisse cependant sur une petite énigme. Que viennent faire cette femme et ce coup de feu en fin de roman ?.Je nÆai pas compris. DG.

Des hommes sans femmes (Haruki Murakami)

note: 2DES HOMMES SANS FEMMES Danielle - 26 avril 2017

Kafuku, acteur de cinéma et veuf, se voit contraint à la suite dÆun accident de se faire conduire au travail. CÆest une jeune fille, Misaki, qui sera son chauffeur chaque jour. Au fil du temps, il lui confiera sept histoires dÆhommes sans femmes, celles quÆil a vécu et celles que lui ont raconté des amis. Ces hommes vivent tous dans un grand isolement et sont presque hermétiques aux sentiments ou tout du moins sÆen protègent. Je suis allée au bout de la lecture de ce livre car jÆapprécie lÆécriture de Murakami, mais je nÆai trouvé aucun intérêt à ces histoires toutes plus banales les unes que les autres. DG.

La terre qui les sépare (Hisham Matar)

note: 5LA TERRE QUI LES SEPARE Danielle - 20 février 2017

Livre dense et passionnant. Dans la recherche effrénée et passionnée dÆun père aimé et admiré lÆauteur nous implique totalement dans lÆhistoire de sa famille qui a vécu en Amérique, en Egypte, en Angleterre et le lien très fort qui uni les exilés entre eux et à leur pays ; puis à celle de la Libye de 1900 à nos jours avec lÆinvasion Italienne et le régime Mussolinien,le coup dÆétat du colonel Kadhafi et les espoirs déçus du printemps arabe. Le père dÆHismham Matar dissident actif au régime de KADHAFI sÆest réfugié en Egypte après lÆascension au pouvoir de ce dernier. Mais en 1990 il est enlevé puis emprisonné en Libye. Hismham et sa famille bien que nÆayant plus aucun signe de vie depuis de nombreuses années ont toujours gardé lÆespoir de le revoir. Cependant il ne fait pas partie des détenus libérés lorsque les prisons prises dÆassaut par le peuple sont ouvertes après la chute de KADAFI en 2011. Ne retrouvant aucune trace de ce père, il va partir à sa recherche. Dans sa quête de vérité et armé de patience il va enquêter dans le monde entier pour savoir ce qui est arrivé à cet homme.

L'odeur de la forêt (Hélène Gestern)

note: 0L'Odeur de la forêt Danielle - 20 février 2017

Une historienne de la photographie travaille à lÆinstitut pour la mémoire du siècle. Une vieille dame demande à la rencontrer et à lÆissue de cette rencontre lui confie les lettres de son oncle, le jeune poilu Alban, fou dÆastrologie quÆil envoyait du front à son ami Anatole Massis, un des plus grands poètes de cette époque ; Le décryptage de ces lettres emmène lÆhistorienne très loin dans les tranchées de la guerre de 14, la correspondance avec Anatole Massis fait le lien avec la vie civile, puis lÆalbum de photos de guerre permettra la découverte de faits jusque là ignorés qui mèneront jusquÆà la reconnaissance dans les années 70 à la réhabilitation dÆun poilu fusillé pour lÆexemple. Ce roman couvre un siècle dÆhistoire, il est dense et très documenté. LÆauteur passe facilement des intrigues individuelles aux intrigues historiques. Il faut suivre mais on a envie de connaître la suite, dÆautant plus quÆune déduction peut être contredite par une nouvelle découverte à Par contre lÆÆhistoire amoureuse de lÆhistorienne mÆa agacée. Seules les pages sur le chagrin de la perte de son ami sont belles et émouvantes, la suite de ses nouvelles aventures est de trop.

Tropique de la violence (Nathacha Appanah)

note: 5TROPIQUE DE LA VIOLENCE Danielle - 26 janvier 2017

Nous sommes à Mayotte, un paradis pour des européens en quête dÆune vie facile, un beau pays pour des contractuels qui rêvent dÆy apporter un peu de civilisation, une île qui explose sous la misère et lÆinvasion des comoriens et autres gens misérables des îles proches. Une poudrière. Les protagonistes , Marie une infirmière en mal dÆenfant ; Moïse abandonné par sa mère Comorienne car les superstitions locales font dÆun enfant avec en £il vert un djinn ; Bruce humilié, lui et son père on perdu tout espoir dÆascension sociale lorsque un directeur dÆécole a refusé son inscription pour lÆannée suivante. (Il se forge alors une personnalité et devient Bruce, du nom dÆun de ses héros puis chef de Gaza, le plus grand bidonville de lÆile). Le roman commence alors que le drame sÆest déjà produit. Les protagonistes nous parlent tour à tour non seulement de leurs actes passés mais aussi des intentions et des sentiments qui les y ont poussés. Il sÆadressent les uns aux autres comme il nÆont jamais pu le faire dans la vie. Ces personnages sont bourreaux ou victimes chacun à leur tour et pour des raisons indépendantes de leur volonté, ils ont entre 13 et 15 ans à Il ressort de ce roman un sentiment dÆimpuissance devant tant de misère et de corruption. Un magnifique roman.

Le jardin des brumes du soir (Tan Twan Eng)

note: 4LE JARDIN DES BRUMES DU SOIR Danielle - 22 juin 2016

La promesse faite par Yun Lin à sa s£ur disparue dans un camp de concentration japonais en Malaisie ; créer en sa mémoire un jardin japonais, va la pousser à rencontrer le jardinier du dernier empereur du Japon, lui même exilé en Malaisie, Aritomo Nakamura, personnage extraordinaire et plein de mystère. Approche difficile pour une victime des japonais mais contre toute attente des liens étroits se noueront entre eux. Ce roman aborde la dernière guerre japon chine asie ; les camps de concentration japonais en asie, la vie des survivants, les révoltes communistes persistantes, etc à Le jardin de Yuguri que crée et entretien Aritomo et dans lequel travaillera Yun Lin comme apprentie centralise toutes ces histoires. Roman touffu mais très intéressant. DG.

Vi (Kim Thúy)

note: 5VI Danielle - 22 juin 2016

Ce petit livre est un bijou. A sa lecture il me semblait être à-côté dÆune amie très chère me contant sa vie dÆexilée avec ses questionnements, ses espoirs, ses joies, ses tristesses aussi et ses origines. Chaque chapitre est un moment intime. VI est née dans une famille très riche, grande demeure, immense domaine terrien, trente domestiques mais cÆest la fin dÆune lÆhistoire, celle de lÆIndochine. Son père nÆarrivera pas à quitter le pays, mais sa mère fuira la guerre avec ses 4 enfants. De Saigon à Montréal en passant par la Malaisie, après deux ans dans un camp de réfugiés, Ils apprendront à vivre au Canada. Vi est très jeune et cÆest loin de son pays et de ses coutumes, en exil, quÆelle grandit. Vie de famille, école, amours. Il nÆest pas facile de trouver sa place dans un pays si différent. Puis une mission professionnelle la ramènera à Saigon. Qui trouvera-t-elle ?DG.

Oeuvre non trouvée

note: 4LES RAVISSEMENTS DU GRAND MOGHOL Danielle - 22 juin 2016

Fils dÆune princesse chiite et dÆun souverain sunnite à. Le grand Moghol est un souverain dÆun autre temps qui a passé sa vie à vouloir faire lÆunité de toutes les religions. Sans réaliser son rêve, il a cependant réussi à réunir dans la magnifique ville quÆil a crée pour ces rencontres la ville rouge de FAHKEPUR-SIKRI (inscrite aujourdÆhui au patrimoine mondial de lÆUNESCO) ayatollahs, oulémas, indous de toutes castes, rabbins, jésuites. Roman dépaysant, intéressant, historique DG

Sur une majeure partie de la France (Franck Courtès)

note: 3SUR UNE MAJEURE PARTIE DE LA FRANCE Danielle - 5 avril 2016

Quentin, un garçon sensible et légèrement handicapé d'un pied suite à la poliomyélite et Gary, un jeune voyou grandissent dans un village de la Brie. Leurs routes se croisent à l'adolescence autour d'une jeune fille. La campagne est en pleine mutation, urbanisation à outrance, grandes surfaces. Les paysans perdent leurs repères et la jeunesse est une cible facile pour les marocains qui viennent de Marseille vendre leur drogue. Le narrateur, nostalgique de Morcerf où il a passé toutes les vacances et les weekend de son enfance nous conte chapitre après chapitre les années d'adolescence puis l'entrée dans l'âge adulte de Quentin, puis de Gary. C'est un peu long, presque banal jusqu'au 3/4 du livre mais le dénouement est surprenant et fait de ce livre un roman. (d'où la troisième étoile).

Les aventures de Cluny Brown (Margery Sharp)

note: 5LES AVENTURES DE CLUNY BROWN Danielle - 25 mars 2016

Un avis de plus, tout est déjà dit sur le personnage de Cluny. Ce sont Les aventures d'une jeune fille effrontée, sympathique, attachante qui est née trop tôt !!! Ce roman s'apparente à une gourmandise. Pour tous lecteurs. c'est dans cette optique que je le note à 5 étoiles. DG

La renverse (Olivier Adam)

note: 2LA RENVERSE Danielle - 12 mars 2016

L'auteur nous conte les effets destructeurs d'un sordide fait divers "politico-sexuel" sur les membres d'une famille, et essentiellement sur Antoine le fils aîné âgé de 15 ans au moment ds faits. La mère adjointe au maire est à l'origine du scandale. L'adolescent devenu homme se posera de nombreuses questions. Pourquoi son père n'est jamais intervenu auprès de ses enfants pendant cette période douloureuse ? Pourquoi n'a-t-il jamais eu envie de soutenir sa mère ? Qui était-elle réellement ? Il lui faudra de très nombreuses années de solitude avant de pouvoir enfin "vivre". L'auteur aborde aussi le thème de l'impunité des hommes au pouvoir. Mais les pages nombreuses et très détaillées sur le fait divers alourdissent ce roman dont lÆintérêt se trouve dans le chemin de vie d'Antoine. DG

La renverse (Olivier Adam)

note: 2LA RENVERSE Danielle - 11 mars 2016

L'auteur cous conte les effets destructeurs d'un sordide fait divers "politico-sexuel" sur les membres d'une famille, et essentiellement sur Antoine le fils aîné âgé de 15 ans au moment ds faits. La mère adjointe au maire est à l'origine du scandale. L'adolescent devenu homme se posera de nombreuses questions. Pourquoi son père n'est jamais intervenu auprès de ses enfants pendant cette période douloureuse ? Pourquoi n'a-t-il jamais eu envie de soutenir sa mère ? Qui était-elle réellement ? Il lui faudra de très n

La cache (Christophe Boltanski)

note: 5LA CACHE Danielle - 11 mars 2016

Lorsque Christophe Boltanski décrit son grand père comme : un médecin scrupuleux, adulé de ses patients, bardé de diplômes, d'honneurs, de décorations, étant comme un enfant nu au milieu des gens habillés, le ton du roman est donné. Il raconte sa famille, depuis son arrière grand mère venue d'Odessa avec pour seul bagage un samovar afin de rejoindre son amoureux à Paris jusqu'à son adolescence. Les personnages principaux de cette saga sont évidemment le grand-père médedin, la grand-mère écrivain et l'hôtel particulier de la rue-de-grenelle. Nous faisons la connaissance d'une famille juive bourgeoise, intellectuelle, loufoque, aimante, soudée, en somme extraordinaire qui vit dans un hôtel particulier rue-de-Grenelle à Paris et va subir l'antisémitisme des années de guerre. L'éducation des enfants dans cette famille est tout à fait originale et tient une grande place dans le roman. Beau roman

La moustache de Staline (Danièle Kriegel)

note: 4LA MOUSTACHE DE STALINE Danielle - 9 février 2016

Très beau voyage en Israël. Ce n'est pas un roman mais un témoignage. Danièle Kriegel, journaliste en Israël pour Le Point nous conte ses 30 ans de vie dans le pays où elle s'est installée avec son mari Charles Enderlin lors de leur mariage. Juive par sa mère, elle est élevée dans un milieu hautement intellectuel. Très attachée à la France où elle est née, a grandi et vécu, c'est un vrai choc culturel qu'elle subit lors de son installation en Israël. Elle y a vécu deux guerres, deux intifada ... vu et subi le développement de la religion, assisté à l'occupation des territoires palestiniens. Elle ne trouve pas dans ce pays ce qu'elle en attendait mais son amour pour lui est indéfectible. Son écriture vive et précise nous fait vivre ces moments de vie avec ses déceptions et ses espoirs. Elle conclu "je crois aux petits espoirs". Il n'y a pas de grands rêves.

L'homme au complet gris (Sloan Wilson)

note: 4L'HOMME AU COMPLET GRIS Danielle - 7 février 2016

Ce roman facile à lire est très actuel sur les difficultés de réussir vie familiale et ambitions sociales. Pour moi il y a plus. Cet homme tiraillé entre son amour pour sa femme, ses trois enfants et son travail a combattu en Europe en 1944 pour l'armée américaine. Il est très marqué par ses années de guerre, son séjour à Rome où il a connu Maria puis son combat dans l'île de Karkow contre les japonais dans le pacifique où il a perdu son meilleur ami. (il a tué 17 hommes...). Le vécu de cette période méconnu de son épouse, qu'il ne peut raconter et qu'il voudrait oublier fait cependant partie de sa vie. Quelques années plus tard, à New York, il croise "un homme en blouson de cuir marron avec un col de mouton" ; tous ces souvenirs qui influencent sa vie de famille vont alors resurgir. Comment va-t-il combler le fossé que cette période de guerre a creusé entre lui et son épouse ? Très belle lecture. DG.

Ce pays qui te ressemble (Tobie Nathan)

note: 5ce pays qui te ressemble Danielle - 20 janvier 2016

Ecriture enchanteresse pour cette saga sur l'Egypte, son évolution politique de 1925 à 1952 en parallèle avec l'histoire d'amour de deux enfants nés en 1925. Azohar, fils d'Esthère mère sorcière et de Motty père aveugle est né dans le ghetto juif du Caire, Masreya, sa s£ur de lait, sa jumelle en quelque sorte, a une mère arabe. L'amour entre ces deux êtres est interdit. Ce roman est une caverne d'Ali Baba. Magie, religions, amours, politique, corruption, tous ces sujets dépendent les uns des autres. 1925 nous sommes au pays des mille et une nuits. 1942 le jeune Azohar rencontre le roi Farouk. 1952 Chute de Farouk, c'est le désordre contemporain qui s'annonce. DG.

Amelia (Kimberly McCreight)

note: 3AMELIA Danielle - 28 novembre 2015

Amelia est une jeune fille de 15 ans parfaite. Tout va bien y compris ses relations avec sa mère, une avocate de renom. Elle n'a pas de père. Dans ce roman , ce thriller dirons nous, l'auteur nous fait vivre au jour le jour la descente aux enfers de cette jeune fille à partir du moment où elle est acceptée dans le réseau des Magies, groupe de quelques filles délurées de ce lycée pour enfants de riches. Pourquoi a-t-elle acceptée d'entrer dans ce réseau ? pourquoi y a-t-elle été conviée ? quelles ont été les conditions ? Photos et messages sur téléphones portables et internet sont les supports de cette tragédie que personne ne saura éviter. La mort d'Amélia. Ce roman est terrible. Outre le fait qu'il nous parle de la jeunesse et de sa fragilité face aux moyens de communication d'aujourd'hui, il met aussi en relief la responsabilité des actes des adultes. DG

Les voyageurs de l'aube (Henri Gougaud)

note: 5LES VOYAGEURS DE L'AUBE Danielle - 15 novembre 2015

C'est un conte merveilleux qui nous emmène dans un Orient disparu, loin, très loin d'aujourd'hui. Plusieurs voyageurs, un joueur de luth arménien, une prostituée qui attend un enfant, un serviteur en fuite, un moine soldat grec et d'autres encore se rencontrent dans un modeste ermitage au c£ur du désert égyptien. Les circonstances les font se dévoiler et l'histoire de chacun est un conte à elle seule ; terreurs, espoirs, drames, joies ... L'auteur retient notre attention, attise notre curiosité en ne dévoilant qu'en fin de roman qui est Hilarion le moine soldat grec qu'on retrouve tout au long du récit. DG.

Pas pleurer (Lydie Salvayre)

note: 4PAS PLEURER Danielle - 15 novembre 2015

Ce roman nous plonge dans une très courte période de la guerre d'Espagne - 1936. Deux voix dans cette histoire. Celle de Bernanos, écrivain profondément catholique qui en vient à dénoncer la bénédiction de l'église aux actes de terreur commis. Celle de Montse la mère de l'auteur, une mauvaise pauvre qui 75 ans après ne se rappelle de toute sa vie que cette année qui fut pour elle la plus belle ; celle de l'émancipation, de la liberté, de l'amour. L'auteur, psychiatre également, fait parler Montse comme elle parle aujourd'hui dans la vie courante, un espagnol francisé, ce qui donne un ton très intime au roman. Les deux points de vues développés au fil du roman sur les événements sont très intéressants.

Plus haut que la mer (Francesca Melandri)

note: 5PLUS HAUT QUE LA MER Danielle - 23 mars 2015

Beau roman. Il y est question d'amour, de confiance, de politique. Nous passons d'un thème à l'autre sans nous en apercevoir tant l'écriture est simple, fluide et précise. 1979, les années de plomb en Italie. Paolo et Luisa ont chacun un membre de leur famille dans une prison de haute sécurité sur une petite île en méditerrannée. L'un pour crime politique, l'autre pour violence. Ils leurs rendent visite. Le hasard fait qu'ils sont obligés de passer une nuit sur cette île en compagnie d'un gardien de prison.Leurs vies à tous les trois en seront transformées, apaisées. DG

La fiancée américaine (Éric Dupont)

note: 4LA FIANCEE AMERICAINE Danielle - 22 mars 2015

Roman rocambolesque et passionnant de 732 pages. Dans la famille La Montagne à Rivière du Loup au Québec que nous suivrons sur quatre générations tout au long du XXème siècle, on ne peut marier ses fils qu'à des jeunes filles prénommées Madeleine. C'est donc une jeune et belle Madeleine qui arrive un jour d'Amérique pour épouser un fils La Montagne. Elle a dans ses bagages son livre de cuisine. Elle séduira la famille avec ses gâteaux ... Une de ses descendantes, une Madeleine aussi, fera fortune à New-York avec des pan-cakes ! Il est impossible de résumer ce roman tant il est riche de personnages, de lieux, d'intrigues familiales, dÆévénements historiques même (il y a un passage magnifique sur le naufrage du Wilhen Gustloff pendant la 2ème guerre mondiale en Russie avec seulement 1239 survivants sur 10000 passagers), de rebondissements, de secrets aussi qui lorsqu'ils nous sont dévoilés nous coupent le souffle.

Danser les ombres (Laurent Gaudé)

note: 3DANSER LES OMBRES Danielle - 22 mars 2015

Lucine qui revient à Port au Prince après quatre années d'absence forcée se sent revivre. Elle y retrouve ses marques, ses amis étudiants, l'avenir s'ouvre à nouveau devant elle. Mais le tremblement de terre bouleverse son présent et son avenir. Laurent Gaudé fait communiquer les vivants et les morts afin que la vie reprenne le dessus, afin que les vivants soient sauvés de la peur, afin que les morts ne soient pas oubliés. Ce roman est un hommage au peuple haïtien. Il complète avec beaucoup de spiritualité" des romans écrits le lendemain du tremblement de terre tels que "TOUT BOUGE AUTOUR DE MOI" et "CORPS MELES". DG.

Oeuvre non trouvée

note: 5BERLIN-MOSCOU Danielle - 13 mars 2015

Un ancien dissident de l'Allemagne de l'Est écrit ses mémoires pour son fils avec qui il a du mal à communiquer. Il tient à ce que cet homme jeune qui évolue dans l'après mur de Berlin et qui devient une figure politique engagée de la social-démocratie sache ce que fut sa vie dans la RDA. Une vie de militant dont les rêves furent trahis et les espérances détruites. Il ne trouve cependant pas sa place dans le monde actuel. Outre l'histoire politiquement très intéressante Tariq Ali nous tient en haleine tout au long de ce roman qui balaye une grande période contemporaine. Recherche du père, découverte du passé de la mère, amitiés, ... Une galerie de personnages hauts en couleurs et une fin des plus surprenante. (L'histoire est bien présentée en 4ème de couverture.)

Je vous écris dans le noir (Jean-Luc Seigle)

note: 5JE VOUS ECRIS DANS LE NOIR Danielle - 12 mars 2015

La citation de Vladimir Jankelecvitch, La Mort, nous ouvre à la lecture de ce magnifique roman inspiré d'un fait réel. "car la vie de quelqu'un, même la plus humble, est un déroulement inédit et original d'une suite d'expériences unique en son genre. Le témoin ne peut donc juger qu'à la condition de rester témoin jusqu'au bout. Qui sait si la dernière minute ne viendra pas d'un seul coup dévaluer une vie apparemment honorable ou réhabiliter au contraire une vie exécrable ?" En 1950 Pauline Buisson, étudiante en médecine, rue son ex-fiancé. Jetée en prison, elle passe devant les assises et sera la seule femme contre laquelle le Ministère Public requiert la peine de mort. L'auteur traduit dans son roman le chemin de vie de cette femme depuis son enfance jusqu'à son dernier geste fatal. L'enfance, l'adolescence, l'amour, le désir et l'horreur avec un grand H. la peur aussi et la fierté. Ce roman réhabilite cette femme malgré tout exceptionnelle. L'histoire nous poursuit longtemps après avoir refermé le livre. DG.

L'aménagement du territoire (Aurélien Bellanger)

note: 4L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Danielle - 2 février 2015

Ce thriller nous promène dans différentes époques, il est loufoque, dépaysant et agréable à lire. En 32 page l'auteur nous amène avec brio de la création du monde à la France de De Gaule, tout en expliquant pourquoi et comment les hommes ont été amenés à aménager le territoire. Ce thriller nous conte l'histoire d'Argel, petit village endormi de Mayenne qui deviendra le théâtre d'une lutte acharnée entre soutiens et opposants au projet d'une ligne à grande vitesse. Les personnages sont tous hauts en couleurs. Un vieil aristocrate propriétaire d'un château délabré entre en relation avec un jeune archéologue, lequel fera une découverte extraordinaire sur ce chantier - un préfet à la retraite (l'homme le plus puissant de la Vème république) sera heureux de se retrouver au centre d'une société secrète et croisera le chemin d'un jeune activiste - un capitaine d'industrie dans le BTP étend son empire et domine avec suffisance tout ce petit monde d'où il est sorti - etc ... Après maints incidents, le TGV sera inauguré en grandes pompes mais ... que seront devenus tous les personnages du roman ?

Les hommes tremblent (Mathieu Lindon)

note: 4LES HOMMES TREMBLENT Danielle - 2 février 2015

Martin, un sdf, s'installe dans le hall d'un petit immeuble parisien ; il y amène sa compagne. La vie des habitants va dorénavant être épiée. Martin voit tout, devine tout, sait tout de plus il tremble. Il sent mauvais, il boit, il est bavard et dérangeant... C'est l'intimité même des habitants de l'immeuble qui est en cause. Propriétaires et locataires sont gênés par cette promiscuité. Apparaissent alors des sentiments de dégoût, de peur, de commisération ... quelle que soit leur situation, leur conscience est interpellée par cette misère. Quoi faire, que dire ? Tout est si vrai,la misère du sdf comme la gêne des habitants de l'immeuble, qu'on est déstabilisés par cette histoire. DG.

Joujou (Ève de Castro)

note: 5JOUJOU Danielle - 26 décembre 2014

Dans la Russie polonaise des années 1740 la comtesse Boruwlaska ruinée, confie (vend) son enfant à une amie fortunée. Joseph qui sera éduqué par la noblesse polonaise, contrairement aux autres nains, est beau et bien fait si ce nÆétait sa très petite taille. De plus il est intelligent, chante, danse, écrit et joue de la musique, a une conversation des plus intéressantes. Ce nain intelligent et sensible cherchera chaque jour à être reconnu comme un homme normal et non comme un jouet. Il aura une femme, très belle, et deux filles. Il vivra jusquÆà 98 ans. Mais que de souffrances, que dÆobstacles. LÆécriture dÆEve de Castro fait de lÆhistoire de ce nain au destin exceptionnel un roman passionnant.

Oeuvre non trouvée

note: 4LA CONDITION PAVILLONNAIRE Danielle - 26 décembre 2014

Il sÆagit de la vie parfaite de M.A. de son enfance jusquÆà la vieillesse, des années 1950 à nos jours. La vie ordinaire dÆune femme ordinaire en France, aujourdÆhui ? Peut-être. Cependant cette héroine est dépourvue de tout idéal. Elle use et abuse de tout ce que nous propose la société sans y trouver son équilibre. LÆauteur analyse aussi avec finesse lÆévolution de la vie de famille des années 60 à nos jours ; lÆincidence de lÆascension sociale dans les rapports familiaux, à et nous amène jusquÆà la vieillesse, terme dÆune vie sans couleurs. Beau roman court et dérangeant. DG.

Portrait d'après blessure (Hélène Gestern)

note: 3PORTRAIT D'APRES BLESSURE Danielle - 6 décembre 2014

Un homme jeune, historien, qui présente à la télévision une émission à succès « histoires dÆimages » ; Une jeune femme ingénieur en charge des archives dÆimages à la bibliothèque nationale qui lÆaide à préparer ses émissions par le choix des photos. Ils vont déjeuner ensemble et sont victimes dÆune terrible explosion dans la rame du métro dans lequel ils se trouvent. Olivier nÆa de cesse de sauver Héloise de cet enfer. La photo prise par un journaliste est épouvantable, lui blessé, affolé et noir de fumée, elle dans ses bras, inconsciente, ensanglantée, dénudée. Cette photo qui fera la une de Scoop Images aura de terribles conséquences sur leurs vies personnelles et professionnelles ainsi que sur celles de leur entourage. - Olivier : aujourdÆhui je mÆinterroge ; combien de mémoires avons-nous insultées de la sorte ? - Héloise : pour ces gens là, nous nÆavions rien été et moins que rien, juste un paramètre susceptible dÆaméliorer un tirage hebdomadaire. Comment effacer dans les médias lÆimpact puissant de cette photo ? Voilà leur obsession, leur défi. Le photographié est-il toujours dÆaccord ? Agréable à lire ce roman très contemporain sur les pouvoirs de la photographie et des médias se lit dÆune traite. DG.

Nom de dieu ! (Philippe Grimbert)

note: 1NOM DE DIEU Danielle - 6 décembre 2014

JÆai eu deux fous rires lorsque jÆai fait connaissance avec Baptiste et son épouse Constance. JÆattendais une suite tout aussi drôle de ce petit roman dÆune écriture agréable à lire. Mais ce cadre, catholique fervent, épanoui et heureux en famille, est dÆune naïveté déconcertante. Du jour au lendemain, dans sa vie tout va de charybde en scylla. Malgré toute sa générosité, le Dieu quÆil croyait juste ne répond plus à ses attentes. Il décide alors de lÆinvectiver sur la voie publique. Ses malheurs deviennent pesants... Il nÆy a pas de surprise, rien de drôle. Même sa mort est ratée. Une façon de parler de la religion ? DG.

L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage (Haruki Murakami)

note: 5L'INCOLORE TSUKURU Danielle - 26 novembre 2014

Ils étaient cinq, 3 garçons et 2 filles quÆune amitié sincère et profonde unissait, cependant un jour lÆun dÆeux dit brutalement à Tsuruku au téléphone « Désolé, mais nous ne voulons plus que tu nous téléphones désormais » il fut tellement surpris quÆil répondit « Si vous refusez tous que je vous appelle, et bien, évidemment, je ne le ferai plus ». Commence alors pour lui ses longues années de solitude, (accompagnées dÆune musique de Liszt, les années de pèlerinage, disque quÆun ami a oublié chez lui). LÆauteur de ce roman nous fait entrer dans les sentiments les plus profonds dÆun adolescent de 16 ans qui vient dÆêtre exclu de son groupe dÆamis. Ce bouleversement va profondément marquer son évolution et ses relations sentimentales jusquÆà ce quÆune femme qui lui plait et à qui il plait lÆoblige à rechercher les causes de cette exclusion. Les tourments de lÆadolescence, lÆamitié, le respect de soi et du groupe, le temps où on tait ses désirs, la sexualité non exprimée à cet âge, les conséquences dÆune exclusion, lÆamour enfin font de ce roman un livre merveilleux.DG

Cannisses (Marcus Malte)

note: 5CANNISSES Danielle - 18 novembre 2014

Un homme que la mort de sa femme laisse seul avec deux petits garçons est si malheureux quÆil ne peut survivre quÆen cherchant des raisons à son malheur. Pourquoi nous ? A questionnement sans réponse qui va progressivement lÆentrainer à des actes irresponsables et vers la folie. Avec ce petit roman, M.Malte nous emmène au coeur de la douleur et on ne sort pas de ce livre après lÆavoir refermé, mais bien longtemps après. Magnifique? Triste. A ne lire quÆun jour de moral au beau fixe. DG.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier (Patrick Modiano)

note: 1POUR QUE TU NE TE PERDS PAS DANS LE QUARTIER Danielle - 18 novembre 2014

LÆécrivain Jean DARAGAN a séjourné a St Leu la Forêt lorsquÆil était enfant et alors que sa mère lÆavait confié à une jeune amie, Annie ASTRAND. Il a depuis longtemps effacé de sa mémoire, du moins le croit-il, cette période de sa vie qui nÆétait pour lui quÆune source de chagrin. Mais un homme vient lui demander de lui parler de Guy TORSTEL quÆil aurait connu autrefois. Alors commence pour lui un retour en arrière dans le plus profond de ses souvenirs. Le roman est alors hanté par cette jeune fille, Annie ASTRAND et le lecteur attend avec impatience de connaître lÆhistoire de cette dernière et ses relations avec Jean DARAGAN. Qui était-elle, pourquoi avait-elle fait de la prison, pourquoi lÆa-t-elle laissé seul dans une chambre dÆhôtel à la frontière italienne avec son passeport, il nÆétait alors quÆun enfant. En tant que lectrice jÆattendais une réponse à ces énigmes, à ce long cheminement dans la mémoire de J. DARAGAN mais le roman nÆaboutit nulle part. Ce livre mÆa déçu, je dois dire cependant que je ne suis pas une lectrice assidue de Modiano et ne lÆai peut-être pas compris. DG

Trente-six chandelles (Marie-Sabine Roger)

note: 0trente-six chandelles Danielle - 2 novembre 2014

Dansla famille Décime (autrefois Décimé)on meurt le matin de son 36ème anniversaire. mais ... allongé sur son lit, en costume, et après avoir réglé toutes ses affaires de son vivant ... Mortimer regarde la pendule avec attention l'heure fatidique. Il ne mourra pas. Ayant vécu jusqu'à cet âge en pensant à cette échéance fatale le garçon n'a rien construit dans sa vie. L'auteur écrit un conte,peut-être, mais sans intéêt. Il y a peu de personnages (quatre), peu de lieux. pas de paysages ... rien pour s'évader. D.G.

Oeuvre non trouvée

note: 4LES FEMMES DE L'ISLAM - KHADIJA Danielle - 2 novembre 2014

Ier livre de Halter Marek sur les femmes de lislam. KHADIJA une riche veuve épouse son jeune caravanier qui deviendra le prophète Mahomet. L'auteur nous emporte dans une aventure extraordinaire de la troisième religion monothéiste et insiste sur le rôle des femmes dans cette société cependant très masculine. Ce roman nous emène à la fois au pays des mille et une nuits et au coeur de l'histoire des religions. Voir la 4ème de couverture. Beau roman facile à lire

Une dernière danse (Victoria Hislop)

note: 5UNE DERNIERE DANSE Danielle - 9 juillet 2014

Une jeune femme, aujourd'hui, part se divertir en Andalousie avec une amie. Une rencontre va la faire plonger dans l'histoire de l'Espagne de 1931 à 1943 et bouleverser sa vie. La montée du Franquisme et les horreurs de la guerre civile nous sont racontées a travers la vie de la famille Ramirez et de ses quatre enfants. Roman magnifique qui m'a fait découvrir cette page d'histoire si proche géographiquement et contemporaine.DG.

Face aux ombres (Catherine Enjolet)

note: 5Face aux ombres Danielle - 27 mars 2014

Histoire troublante et prenante. Un beau livre. Ariane s'installe dans un appartement neuf dans un immeuble du Quartier latin. Il s'agit en fait d'un immeuble ancien entièrement refait qui lui réserve les plus grandes surprises ... Enfant placée et abandonnée après la mort de son père, elle ignorait tout de "son" histoire. Mais sa vie jusqu'ici est jalonnée de questionnements. Aux épreuves du bac elle choisit "ceux qui ignorent leur passé sont condamnés à le revivre". En première séance de psychotérapie "l'indicible ne peut se taire". En commentaire lors d'un mixage elle a écrit " on hérite des histoires plus que des gênes". DG.

L'éveil de mademoiselle Prim (Natalia Sanmartin Fenollera)

note: 1L'éveil de mademoiselle prim Danielle - 20 mars 2014

Je n'ai trouvé aucun intérêt à ce livre. Tout y est désuet, l'histoire en elle même ainsi que ses décors et ses personnages. DG.

Danse noire (Nancy Huston)

note: 1Danse noire Danielle - 20 mars 2014

Le personnage pincipal, Milo, se meurt du sida. Son ami, scénariste et réalisateur rêve d'une dernière collaboration avec lui : raconter son histoire. Milo a un parcours de vie hors du commun. L'histoire s'étend de l'Irlance au Canada et en Amérique tout au long du XXème siècle. Bien que cette histoire soit intéressante, la crudité des scènes décrites entre le bordel et les amours homosexuels sont si répétitives qu'elles sont dérangeantes. De plus ce roman est écrit en trois langues ; français, anglais et québécois ce qui rend sa lecture difficile. DG.

Les mouettes (Sándor Márai)

note: 5les mouettes Danielle - 11 janvier 2014

Magnifique roman - unité de lieu, unité de temps. Le roman est écrit d'un seul trait, et sans chapitres. Un homme ayant de hautes fonctions ministérielles en Hongrie dans les années 40 reçoit une jeune finlandaise, professeur, venue solliciter son aide pour obtenir un poste dans ce pays. Il a face à lui le sosie de la femme aimée qui s'est suicidée 5 ans plustôt..... Sur l'instant, il pense que ce ne peut être qu'elle... Leur rencontre durera une seule journée. Qui est-elle ? Qui l'a envoyée ? (unité de temps). Il s'agit d'une période critique pour la Hongrie et dans ce roman se mêlent la politique, l'amour, la raison, la responsabilité, la vie, la mort...

Cinq jours (Douglas Kennedy)

note: 1CINQ JOURS Danielle - 28 novembre 2013

Histoire des plus banales. Dès le début on en imagine le déroulement et la fin. Ce roman ne procure aucune "vibration émotionnelle". DG.

La dernière séance (Chahdortt Djavann)

note: 5La dernière séance Danielle - 28 novembre 2013

Ce magnifique roman fait suite à "JE NE SUIS PAS CELLE QUE JE SUIS" du même auteur et ne peut être compris et apprécié qu'après avoir lu le premier. Nous y retrouvons l'héroïne qui vient de quitter son pays et son mari (depuis 24 H) et la suivons dans ses pérégrinations jusqu'à Paris. Une vie difficile, une volonté et une réussite extraordinaires, une fin tragique. DG.

Sombre dimanche (Alice Zeniter)

note: 3SOMBRE DIMANCHE Danielle - 28 août 2013

Les MANDRY, une famille hongroise où 3 générations vivent sous le lême toit (avec arrivée de la 4ème), une maison en bois en bordure de voie ferrée près de la gare de Budapest, le Danube. Le jeune Imre grandit, nous suivons son évolution dans ce pays de 1978 à nos jours. En avançant dans le roman, nous nous attendons à une vie meilleure pour lui et sa soeur sur le plan intellectuel et sur le plan matériel puisque tout à changé. Il n'en est rien. Staline est à l'origine de tous leurs malheurs ; l'effondrement de l'URSS n'arrange rien. Ces gens laissent passer toutes leurs chance, ils ont une inaptitude au bonheur. Les révélations du GrandPère sur son passé militaire en fin de roman est un des plus beau passages du roman. Ce roman mélancolique vaut la peine d'être lu.

Le flûtiste invisible (Philippe Labro)

note: 3LE FLUTISTE INVISIBLE Danielle - 27 juin 2013

Phlippe Labro nous conte trois belles histoires qui ont, chacune à leur façon, bouleversé la vie du personnage principal. Un très jeune homme rencontre une jeune fille affranchie, sa relation avec les femmes en sera marquée pour toujours. Deux hommes se rencontrent, l'un a eu l'autre dans le viseur de son fusil en temps de guerre. Un enfant pleure parce qu'il a froid, sa mère le prend et change de pièce ; par ce déplacement ils échappent à Auschwitz. Est-ce le hasard, la main de Dieu, la chance, la malchance ? il n'y a pas de réponse. Le livre est agréable à lire.

L'ombre douce (Hoai Huong Aubert-Nguyen)

note: 5L'OMBRE DOUCE Danielle - 8 mai 2013

Un merveilleuse histoire d'amour dans l'enfer de DIEN BEN PHU entre une jeune infirmière indochinoise de famille noble et un jeune soldat français blessé. Ce roman est aussi bref que le temps de leur amour, mais tout y est intense.

Indigo (Catherine Cusset)

note: 0INDIGO Danielle - 27 mars 2013

Contrairement à mon attente, ce livre ne m'a rien apporté sur l'Inde. L'auteur nous présente cinq personnages essentiels à son roman, qui se rendent en Inde pour un festival culturel organisé par l'Alliance Française à Kovolan. Ils partent de Roissy le 5 décembre et repartent de Kovolan le 14 Décembre 2009. Il s'agit pour moi d'intellectuels à l'égo démesuré,ayant chacun ses propres problèmes existentiels. Ces histoires personnelles sont narrées côte à côte sans jamais se rencontrer pour en faire un roman et transposées sur un temps si court, dans l'Inde en ébulition de 2009 elles deviennent ridicules. Da.

Une femme aimée (Andreï Makine)

note: 4UNE FEMME AIMEE Danielle - 12 février 2013

Dans la Russie des années 80 le jeune cinéaste O.Herdmann s'intéresse à la vie de la Grande Catherine, cette tsarine qu'on dit nymphomane, violente, républicaine, séductrice ... à la personnalité exceptionnelle. Il veut absolument découvrir le secret de ce caractère. N'a-t-elle vraiment jamais aimé, n'a-t-elle jamais été aimée ? Sa quête de vérité qu'il veut traduire en film et qui durera 14 années l'amènera à de belles rencontres. Il nous fait vivre avec passion ses recherches mais aussi l'évolution de la vie en Russie des années 1980 à 1995 avec l'influence de chaque nouveau régime sur le travail des artistes et sur leur vie privée, sur celle du peuple aussi. Makine aime la Russie et nous la présente ici sans fard, avec sa violence et sa vitalité d'aujourd'hui. C'est aussi un beau roman d'amour.

Printemps barbare (Héctor Tobar)

note: 3PRINTEMPS BARBARE Danielle - 22 janvier 2013

Une jeune étudiante mexicaine tente sa chance en Amérique. Elle est employée dans une famille de "bobos californiens". Dans ce roman très américain on touche au plus près l'ambition, le racisme, l'indifférence, l'incompréhension, le chacun pour soi et la folie médiatique d'aujourdhui.

Exercices de survie (Jorge Semprún)

note: 5EXERCICES DE SURVIE Danielle - 22 janvier 2013

Livre magnifique, bouleversant. Outre son expérience de la torture décrite avec détachement 50 ans après, où il nous dit le souvenir d'un corps séparé de l'esprit lorsque le mal est trop fort, c'est aussi une partie de l'histoire de l'occupation qu'il nous raconte et nous fait rencontrer une foule de gens qui ont jalonné sa vie.

Un cadeau (Éliane Girard)

note: 5UN CADEAU Danielle - 29 novembre 2012

Une plongée magnifique dans la société de consommation et les affres qu'elle nous procure. De catastrophe en catastrophe, on tourne les pages avec impatience. La fin plus que surprenante arrive trop vite.

Métamorphoses (François Vallejo)

note: 4METAMORPHOSES Danielle - 29 novembre 2012

Une jeune femme est troublée par la conversion de son demi-frère à l'islam et essaye de l'en détourner. Une description romanesque de l'islam radical en France, son implantation au plus haut niveau de notre société, les reseaux de suivi et de surveillance tant religieux que policiers. L'influence d'un changement d'identité sur l'entourage, etc ... Roman très actuel.

La mer, le matin (Margaret Mazzantini)

note: 5La mer, le matin Danielle - 25 septembre 2012

Le sujet est condensé dans la rubrique "sélections". Lybie - Italie - la réalpolitik dans tout son éclat. Fresque historique très contemporaine. Ce petit livre se termine à la chute de Khadafi. L'auteur semble avoir découpé ses phrases au scalpel. Jamais plus je ne pourrai regarder la mer sans penser à celle décrite pendant l'exode de cette mère lybienne et de son fils.

Madame Hemingway (Paula McLain)

note: 4MADAME HEMINGWAY - Paula McLain Danielle - 3 septembre 2012

La lecture de ce roman m'a donné envie de revoir l'ouvre d'Hemingway. Hadley, sa jeune épouse nous fait vivre intensément les difficultés de l'écrivain au début de sa carrière. Ses incertitudes. Est-il capable d'écrire, d'intéresser un public. Il n'est pas facile de se faire connaître, de gagner sa vie. Les rencontres, les amitiés, les brouilles aussi car tout écrivain puise ses idées dans son entourage, dans son vécu aussi . . Tout cela dans le Paris de 1920 et le milieu intellectuel de l'époque. C'est aussi un beau roman d'amour. Lecture fort agréable.

Bon rétablissement (Marie-Sabine Roger)

note: 5BON RETABLISSEMENT Danielle - 15 mai 2012

Jean-Pierre, veuf sans enfant et à la retraite se réveille à l'hôpital et devra y rester longtemps pour se remettre de cassures diverses. Que lui est-il arrivé ? Nous ne le saurons qu'à la fin du roman mais ce séjour imprévu et les rencontres diverses qu'il va faire sur son lit d'hôpital vont bousculer sa vision de la vie et du monde, pour au final bousculer sa vie. Roman court, facile à lire, délicieux. Après l'avoir lu d'une traite tant pour son écriture fluide que pour son suspens, cette histoire simple mais tellement humaine m'a fait reprendre le livre en lisant les châpîtres dans le désordre. Ils sont tous aussi beaux les uns que les autres avec chacun son lot de curiosité, d'humanité et à la fin, de surprise.

Ottaviana (Thierry Du Sorbier)

note: 4Ottaviana Danielle - 5 mars 2012

Petit roman délicieux, d'une grande poésie - belle écriture riche en vocabulaire. Une ode à la femme. Cet enfant bizarre dès la toute petite enfance, qui se dit n'être pas beau, presque invisible aux yeux des autres, a le pouvoir de voler. Adulte, il tombe amoureux fou d'une femme à la beauté lunaire (dit-il) mais à laquelle, à cause de sa grande timidité, il n'arrivera jamais à déclarer son amour. Dan.

Psychanalyse n° 1
Je ne suis pas celle que je suis (Chahdortt Djavann)

note: 4JE NE SUIS PAS CELLE QUE JE SUIS Danielle - 5 mars 2012

Magnifique roman sur la condition de la femme en Iran à notre époque. Donya une jeune fille intelligente et instruite, à la personnalité hors du commun, refusera de se conformer aux dictats du régime, elle en subira les conséquences. Quitter l'Iran à tout prix, voilà son seul but et rien ne l'arrêtera pour y parvenir, mais au prix de quelles souffrances ? Une jeune fille iranienne dépressive et suicidaire entame une psychothérapie à Paris. Le roman est construit en 2 parties. A chaque séance de psychothérapie à Paris succède une scène de vie en Iran et ce jusqu'à la fin du roman. Un peu d'humour aussi lorsque le Psy laisse vagabonder ses pensées sur ses propres peines de coeur allège le climat.

Retour Haut